Lamamrap2

LAMAMRA SUR L’ACCORD MAROCO-SIONISTE : « Une alliance militaire malsaine »

L’accord de coopération militaire signé le 24 novembre passé Rabat et Tel-Aviv en dit long sur les velléités de deux alliés expansionnistes par nature. Un accord à travers lequel c’est toute la région, l’Algérie au cœur de la cible, qui est visée.
Ainsi, réagissant à cet accord sécuritaire, qui inclut la vente d’armes, l’échange de renseignements et une base militaire à nos frontières Est, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger estime que cette alliance militaire est, pour le moins que l’on puisse dire, « est malsaine », en ce sens qu’elle émane de deux pays qui continuent à dénier le droit historique et internationalement reconnu à deux peuples à disposer d’eux-mêmes. Dans une déclaration faite, hier, au quotidien national « Cresus », en marge des travaux du Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique à Oran, Ramtane Lamamra dira que l’alliance militaire maroco-israélienne reflète « la jonction de deux expansionnismes territoriaux mus par la négation de l’existence même de leurs victimes spoliées de leurs droits nationaux Inaliénables ». « L’égarement des autorités marocaines, poursuit le chef de la diplomatie nationale, met en évidence une poussée sans précédent d’un hégémonisme israélien rampant ». Convaincu comme jamais que la rupture des relations avec le Maroc décidée par l’Algérie le 24 août 2021 n’est qu’une suite logique pour un processus d’agressions entretenu des années durant pas le Royaume de Mohammed VI, Lamamra dira que « chaque pas que les autorités marocaines font dans cette alliance militaire malsaine, les éloigne d’autant de l’Algérie et de son peuple ». Aussi, s’exprimant au sujet des allégations mensongères que lui attribuent les médias du Makhzen concernant de prétendus profits politiques en faveur de la République arabe sahraouie démocratique « grâce » au sommet qui se tient à Oran mais aussi le prochain sommet de la Ligue arabe, Lamamra estime que « le Maroc faisait une fixation sur le Sahara occidental et sur l’Algérie, ce qui fausse ses jugements ». Autrement, « La monodiplomatie marocaine qui est figée sur le Sahara occidental et fixée sur l’Algérie ne conçoit pas que la diplomatie algérienne soit si multidimensionnelle, multifonctionnelle au service d’objectifs nobles multiples », a-t-il souligné.
F. Guellil