LYESSE LALOUI

L’Algérien Lyesse Laloui distingué par le CER

Le chercheur algérien, Pr Lyesse Laloui, a été distingué par le Conseil européen de la recherche (CER) qui lui a attribué le prestigieux prix «Advanced ERC Grant», pour le projet Biogeos, lui reconnaissant, ainsi, son rang de leader dans le domaine de la recherche en bio-cimentation. Le projet Biogeos (BIO-mediated GEO-material Strengthening) développe l’utilisation de processus biologiques en géotechnique ayant pour vertu de renforcer la stabilité des infrastructures. Les innovations développées au sein de ce projet sont en train de «révolutionner» les technologies de stabilisation des sols et apporter une réponse durable à la protection des infrastructures face aux phénomènes climatiques, tels que les tremblements de terre, les glissements de terrain ou encore les phénomènes d’érosion du sol. Utilisées à une plus grande échelle, ces méthodes pourraient apporter une solution aux émissions des gaz à effets de serre dans le domaine de la construction et contribuer directement à la lutte contre le réchauffement climatique. Le prix «Advanced ERC Grant» est doté d’un soutien financier de 2,5 millions d’euros. Originaire de Touggourt, Pr Laloui, qui dirige le Laboratoire de mécanique des sols de la prestigieuse Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), s’est formé à Alger où, en 1987, il obtient un master en génie civil à l’Ecole nationale supérieure des Travaux publics. Il poursuivit son cursus universitaire à l’Ecole centrale de Paris (France), couronné en 1989, par un Master en mécanique du sol et structure et obtient un doctorat en 1993. Après un passage dans un laboratoire associé au Centre national de la Recherche scientifique (CNRS-France), il rejoint en 1994, l’EPFL. Il fonde ensuite une publication dédiée à ses problématiques de prédilection, multiplie les conférences et les publications. Il rejoint une université américaine et enchaîne les expertises auprès d’industriels et de décideurs politiques, en Chine notamment, auprès du géant du pétrole Sinopec.

Déraillement d’un train de transport d’hydrocarbures à Saïda
Un train de transport d’hydrocarbures en provenance d’Arzew (Oran), est sorti des rails et la locomotive a atterri sur le côté au niveau de Hai Belkasdir à Saïda, a appris l’APS auprès des services de la Protection civile. «La locomotive traquait huit citernes remplies de carburant, d’une capacité de 24 000 litres chacune, qui n’ont fort heureusement pas été touchées», a déclaré le chargé de communication au niveau de la direction de la Protection civile à Saïda, le commandant Abdelkrim Takine. L’accident a occasionné un état de malaise chez deux employés de la SNTF, qui ont été transportés aux urgences de l’hôpital «Ahmed Medeghri» de Saïda, pour recevoir les premiers secours, a-t-on indiqué. Une enquête a été ouverte pour définir les circonstances de cet accident.

Le prix du Brent sur une bonne lancée
Les prix du pétrole progressaient vendredi en cours d’échanges européens, le WTI atteignant un nouveau sommet en plus de trois ans, en raison du risque géopolitique et après le rapport mensuel de l’AIE. Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 72,32 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 30 cents par rapport à la clôture de jeudi. Il évolue non loin de son plus haut de mercredi à 73,01 dollars. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de mai gagnait 30 cents à 67,37 dollars, après avoir atteint un sommet depuis 2014 à 67,76 dollars vers 09H00 GMT. Comme ces derniers jours, le marché pétrolier avait les yeux rivés sur la Syrie et le risque de frappes militaires avec des craintes d’escalade entre les Etats-Unis et la Russie. Et sur un autre plan, les tirs de missiles sur l’Arabie saoudite depuis le Yémen n’ont rien arrangé. Outre qu’un conflit peut perturber la production, il aurait des conséquences négatives sur l’économie mondiale et pèserait sur la demande de brut.

L’Oméga-3 est inefficace contre la sécheresse de l’œil
Consommer de l’huile de poissons ou d’autres acides gras de type Oméga-3 est conseillé depuis de nombreuses années pour combattre la sécheresse ophtalmique, qui touche des millions de personnes dans le monde, mais une étude publiée vendredi estime qu’elle est inefficace. «Les compléments alimentaires à base d’Oméga-3 ne sont pas plus efficaces qu’un placébo pour lutter contre les symptômes de la sécheresse de l’oeil», selon les conclusions d’un essai clinique mené auprès de 535 personnes publiées vendredi dans le New England Journal of Medicine. La sécheresse de l’œil affecte plus de 16 millions d’Américains, causant brûlures, démangeaisons, picotements et altérations de la vision. Des experts ont estimé son coût annuel aux Etats-Unis à quelque 55 milliards de dollars, en pertes de productivité et en soins médicaux. Tous les participants à l’étude présentaient une sécheresse de l’oeil modérée à grave depuis au moins six mois.

Une étudiante simule son enlèvement pour obtenir une rançon de ses parents
Wang Yimei, étudiante chinoise dans une école d’art californienne, reconnaît avoir voulu soutirer 85.000 dollars à ses parents. Un scénario qui a très bien marché… Au début.
Un enlèvement avec demande de rançon. C’est le scénario imaginé par Wang Yimei pour obtenir une grosse somme d’argent de la part de ses parents. L’étudiante à l’Art Center College of Design de Pasadena, dans la banlieue de Los Angeles, envoie à ses parents installés en Chine une photo d’elle ligotée et bâillonnée, comme le rapporte le média local Pasadena Star News.
Son objectif? Obtenir d’eux 85.000 dollars (69.000€). Ses parents signalent son enlèvement aux autorités locales qui se lancent à sa recherche. En moins de 24 heures, la police retrouve l’étudiante saine et sauve dans un motel de la ville. Entre-temps, les parents ont effectué le virement de la somme demandée. La supercherie est rapidement découverte. La jeune femme de 20 ans est arrêtée pour soupçons d’extorsion. Elle a reconnu avoir voulu arnaquer ses propres parents. Gardée à vue, l’étudiante a été libérée contre le versement d’une caution de 30.000 dollars.

Bensalah représente Bouteflika au Sommet de la Ligue arabe
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a désigné le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, pour le représenter au 29e Sommet de la Ligue arabe, ouvert hier à Dammam, près de Dhahran (Arabie saoudite), dont les travaux se poursuivront jusqu’à demain, selon un communiqué de la présidence de la République. « En réponse à l’invitation qui lui a été adressée par le Serviteur des Lieux Saints de l’Islam, Sa majesté Salman Ben Abdelaziz Al Saoud, roi du Royaume d’Arabie saoudite, le président de la République a désigné M. Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, pour le représenter au 29e Sommet de la Ligue arabe, qui se tiendra, du 14 au 16 avril, à Dammam, près de Dhahran », précise la même source. « A cette occasion, M. Bensalah sera accompagné de M. Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères », ajoute le communiqué de la Présidence.

Une nanotechnologie développée pour lutter contre le cancer
Des chercheurs chinois ont réalisé une alternative à la chimiothérapie qui permettrait de ne pas tuer de cellules saines dans le traitement des tumeurs, a rapporté vendredi le China Daily. La chimiothérapie conventionnelle comprend les médicaments qui anéantissent les cellules cancéreuses mais aussi des cellules saines, ce qui affaiblit l’immunité et provoque infection, fatigue et perte de cheveux. Les chercheurs de l’Institut de céramique de Shanghai de l’Académie des sciences de Chine ont annoncé qu’ils avaient développé une thérapie qui permet aux nanoparticules de se déplacer dans le corps et de ne cibler que les tumeurs, n’affectant pas les cellules saines. «Les tests en laboratoire sur des rats ont montré que les tumeurs avaient diminué de 85% après le début de la thérapie», a indiqué Shi Jianlin, chercheur principal de l’Institut. Selon M. Shi, les nanoparticules, inorganiques et non toxiques, déclenchent une réaction dans l’environnement acide d’une tumeur, consommant une grande quantité de molécules d’oxygène des cellules tumorales et bloquant leur système vasculaire, entravant ainsi l’approvisionnement en molécules d’oxygène et les nutriments venus de l’extérieur. Les cellules cancéreuses meurent finalement de faim. M. Shi a indiqué que la recherche est toujours en phase de tests de laboratoire, lesquels ont également prouvé que la thérapie est capable de prévenir la métastase tumorale.