commercep2

LA PREMIÈRE PHASE DE DÉCONFINEMENT ENTAMÉE AUJOURD’HUI : La vigilance reste de mise

La première phase de levée du confinement, instauré au début du mois de mars dernier pour endiguer la propagation de la pandémie du Covid-19, qu’entamera aujourd’hui l’Algérie, ne signifie certainement pas un retour à la vie normale. Alors que le risque de contamination demeure omniprésent, le respect des mesures sanitaires, dont notamment le port du masque, doit faire plus que jamais partie des habitudes du citoyen lambda. Ce à quoi insistent les différentes associations de protection du consommateur, à l’instar de l’APOCE. Se réjouissant de la reprise de l’activité commerciale, Mustapha Zebdi, président de cette association a toutefois mis l’accent sur l’importance du respect des gestes barrières devant être appliqués avec rigueur. Selon lui, « la discipline du consommateur et du commerçant constitue un facteur déterminant pour endiguer tout risque de contamination par le coronavirus. Il a affirmé, à ce propos, que « chaque commerçant doit assumer ses pleines responsabilités», soulignant que l’instruction du Premier ministère va dans le sens de responsabiliser ces derniers à propos du comportement du consommateur au sein des établissements de commerce. Il a estimé à cet effet que «c’est le commerçant qui est censé faire respecter les mesures de protection au risque d’être soumis à des sanctions. De son côté, le président de l’ANCA (Association nationale des commerçants et artisans algériens) a annoncé l’élaboration de guides portant les bonnes pratiques à adopter pour prévenir les risques de contamination pour chaque activité commerciale, et ce pour assurer l’accompagnement des commerçants durant cette période. Ces guides sont distribués au représentant de chaque activité commerciale, a-t-il précisé, soulignant l’importance de respecter les consignes, à l’instar de l’obligation du port de masque et les mesures de distanciation physique, d’hygiène et de désinfection des commerces.
À rappeler que c’est aujourd’hui que prend effet le déconfinement progressif annoncé jeudi par le gouvernement. La reprise de l’activité commerciale et de services concernera une première catégorie, entre autres  les artisans céramistes, les plombiers, les menuisiers, les peintres, les agences de voyage, les agences immobilières, la vente de produits d’artisanat. Sont également concernés, les activités de cordonnier et de tailleur, l’activité de maintenance et de réparation, le commerce d’articles ménagers et de décoration, le commerce d’articles de sport, le commerce de jeux et de jouets, les pâtisseries et confiseries, la vente à emporter de glaces et de boissons, les fast-foods, uniquement la vente à emporter. L’on cite, aussi, le commerce de literies et tissus d’ameublement, le commerce des appareils électroménagers, la vente des produits cosmétiques et d’hygiène, le commerce de fleurs, les pépiniéristes et les herboristes, les studios photographiques et les activités de tirage de plans et de photocopie, les douches à l’exception des hammams, la maintenance, le dépannage et le lavage de véhicules, les galeries d’art, le commerce des instruments de musique, les antiquaires et brocantes, les librairies et papeteries, les salons de coiffure pour hommes ainsi que les marchés à bestiaux. L’on notera, d’autre part, la reprise de l’activité du secteur du BTPH, y compris les activités de sous-traitance et les bureaux d’études. En contre-partie, un dispositif préventif d’accompagnement particulier aux activités autorisées devra être mis en place par les différents opérateurs et commerçants concernés. Ce dispositif comprend notamment l’obligation du port du masque, l’affichage des mesures barrières et de prévention sur les lieux, l’organisation des accès et des files d’attentes à l’extérieur et à l’intérieur des locaux de façon à respecter l’espacement et la distance physique, tout en limitant le nombre de personnes présentes au même lieu, la mise en place à l’intérieur des locaux d’un sens unique de circulation, de marquage lisible au sol et de barrières, pour éviter les croisements des clients. Il s’agira, en outre, de veiller à l’installation de paillasses de désinfection aux entrées, la mise à la disposition des usagers et des clients de solution hydro-alcoolique, le nettoyage et la désinfection quotidienne des locaux, la désinfection des pièces de monnaie et des billets de banques. Il faudra également prévoir des bacs dédiés à recueillir les masques, gants, mouchoirs ou matériel médical usagé. Il importe de préciser que tous les clients doivent se doter d’un masque de protection et que les responsables et gérants des établissements seront tenus responsables du non-respect de cette obligation.
Ania Nait Chalal