La popstar marocaine Ahmed Chawki «allume» l’ambiance à la salle Ahmed-Bey de Constantine

La popstar marocaine Ahmed Chawki, a «allumé» l’ambiance, lundi soir, à la salle de spectacles Ahmed-Bey de Constantine, le public ne tenant plus en place tant l’envie de danser était irrésistible. Le chanteur qui se produisait pour la première fois en Algérie, en clôture de la semaine culturelle marocaine sur le Vieux Rocher, a entamé sa prestation avec «Time of our lives», l’hymne fédérateur de la Coupe du monde 2014, administrant, sur un rythme endiablé, une sacrée dose d’énergie, au grand bonheur d’un auditoire constitué majoritairement de jeunes. La «magie» ayant opéré dès les premières mesures, Ahmed Chawki lance «Habibi, I love you», la chanson qui l’a propulsé sur la scène artistique internationale, faisant monter d’un cran la température de la salle pour enchaîner ensuite avec «It’s my life» de Bon Jovi, repris en chœur par le public, totalement conquis. Noyé dans un véritable tonnerre d’applaudissements, le chanteur récidive avec «Come alive» puis avec «Magic in the air», pour reprendre ensuite «C’est la vie» du King Khaled, communiquant son enthousiasme à l’assistance et créant des moments forts de communion musicale. L’artiste change ensuite de registre et interprète «Ana bahwak», un de ses derniers tubes, qui administre une dose de romantisme au public. Longuement ovationné, le chanteur et sa bande maintiennent le cap avec « Rouh habibi rouh» du chanteur Fadel Chaker et encore «Tabib el Hawa» du Libanais Rabie El Khouli. D’un geste élégant et plein de considération, Ahmed Chawki reprend «Jamais nensa» du regretté Cheb Hasni, qu’il présente comme son «chanteur préféré» devant un auditoire qui, après avoir bu les paroles de la chanson, se lève comme un seul homme pour saluer longuement l’artiste et sa troupe, au milieu de youyous fusant de partout. En coulisses, Ahmed Chawki, exprimant sa «profonde joie» de se retrouver en Algérie, a souligné que ses chansons sont une «mixture» de genres et des styles musicaux, orientaux et occidentaux, adaptés pour être écoutés par un large public. Dans une brève allocution, le représentant du ministère de la Culture marocain, El Hacène Nefali, également chef de la délégation marocaine présente à Constantine, a remercié le public de la salle Ahmed-Bey pour «tant de chaleur et d’hospitalité». Organisée par l’Office national de la culture et de l’information (ONCI), dans le cadre de la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe», la semaine culturelle marocaine dans l’antique Cirta a aussi proposé au public une exposition baptisée «Les Portes des Casbahs du sud», illustrant les architectures des zones atlasique et subatlasique caractérisant les demeures fortifiées de tours massives, les villages ceints de murs (Ksours) et les greniers-citadelles (Igoudar). La belle musique savante marocaine a été également à l’honneur durant cette semaine culturelle avec la troupe d’Amine Debbi de musique andalouse, et ses chanteurs à la voix cristalline. Les poètes Nabil Menasser et Mohamed Bechar ont également dévoilé un pan de la culture du Maroc avec des lectures poétiques de leurs recueils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>