gilets jaunes

La mobilisation des «gilets jaunes» reste vivace : Près de 70 000 manifestants en France

La mobilisation des «gilets jaunes» est restée vivace au cours de son onzième round, samedi, à travers la France, où près de 70 000 manifestants ont montré leur ténacité face à un Président qui a enclenché son «grand débat national» pour absorber la colère des Français. Ils étaient près de 70.000 à avoir manifesté samedi, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, contre 84.000 la semaine passée, en attendant les chiffres du «Collectif gilets jaunes», lancé sur Facebook pour collecter et consolider les chiffres de participations. Une baisse de mobilisation que les autorités du pays et les médias s’efforcent de souligner afin de montrer que le mouvement est en recul, malgré la sympathie de 60% des Français. Tout s’est déroulé dans le calme et le gouvernement a déployé, comme chaque samedi, un dispositif important des forces e sécurité tout en délimitant les axes et les places de manifestations, notamment à Paris. Selon nombre d’observateurs, les forces de sécurité réussissent de mobilisation à mobilisation à canaliser les foules, malgré les heurts en fin de rassemblements qui laissent chaque samedi des blessés et des amertumes quant aux violences les émaillant. D’ailleurs, dimanche une grande manifestation est prévue par le mouvement des «foulards rouges» qui «ne demandent qu’une chose : le rétablissement de l’ordre public et des libertés individuelles». Les «Foulards rouges» appellent «vivement les autorités publiques à agir afin de rétablir l’ordre public, garantir les libertés de chacun et à ramener le débat public au sein du cadre démocratique». Hormis le «grand débat national», lancé par le président Emmanuel Macron, le mouvement des «gilets jaunes» a été à l’origine de plusieurs problématiques ayant donné des débats autour du pouvoir d’achat, de la surtaxation en France, de la presse ou de la violence, au moment où les partis politiques, en phase de décomposition, et les syndicats, en perte de vitesse, n’arrivent plus à avoir une place de choix dans cette crise sociale et politique qui s’est installée depuis plus de deux mois. Force de constater est que le mouvement des «gilets jaunes», né d’une colère de plusieurs années, montre qu’il devient de plus en plus problématique pour le gouvernement de réunir les Français autour d’une politique ou des réformes, mêmes s’ils jugent nécessaires pour le pays dans le contexte de la mondialisation, tentent d’expliquer des analystes politiques. Cependant, le président Macron, qui ne semble guère enclin à faire marche arrière sur ses réformes, continue de s’adresser à la France profonde en expliquant sa politique, seule issue pour dépasser le marasme des Français accumulé depuis plusieurs quinquennat. Mais les «gilets jaunes» et leurs sympathisants, non encore satisfaits des réponses du gouvernement et encore moins des mesures sociales annoncées en décembre, continuent à se mobiliser. Une mobilisation qui veut montrer, pour preuve, qu’elle ne baisse pas en organisant ce samedi à travers plusieurs villes de France une «nuit jaune». Un nouveau moyen d’action qui se veut pacifiste avec pour but de «débattre, d’échanger» sur leurs revendications. A Paris, elle est prévue à la place de la République devant un dispositif sécuritaire musclé, a-t-on constaté. «Nous resterons présents toutes les nuits à partir de samedi. Nous maintiendrons ces nuits au moins jusqu’à la fin du Grand Débat. La place de la République sera notre rond-point géant», ont annoncé les «gilets jaunes». Par ailleurs, la Confédération générale des travailleurs (CGT) a appelé l’ensemble des français (salariés, agents, jeunes, retraités et privés d’emploi) à faire grève et à manifester le mardi prochain. Cette grève concerne «l’urgence sociale», selon le syndicat qui indiquent que les revendications sont «nombreuses», en particulier «une hausse des salaires et des minimas sociaux, et une réforme de la fiscalité». Une grève soutenu par les «gilets jaunes» et le mouvement de Jean-Luc Mélenchon La France insoumise (LFI).