Karim

Karim Benzema présente ses vœux aux Algériens

A l’occasion de la célébration de la Fête nationale de l’indépendance de l’Algérie, l’ancien international français Karim Benzema a adressé ses vœux aux Algériens à travers un message sur son compte Twitter. Le joueur d’origine algérienne s’est adressé au peuple algérien à l’occasion de la célébration de la 58e Fête de l’indépendance nationale. « 5 juillet 1962 – 5 juillet 2020. 58e anniversaire d’indépendance de l’Algérie. En ce jour, bonne indépendance à tout le peuple algérien », a écrit Benzema. Il accompagne son message avec l’icône du drapeau algérien et un cœur. À noter que la star du Real Madrid n’a jamais caché son attachement à l’Algérie, pays de ses parents. L’ex-international français, désormais blacklisté par Didier Deschamps, a exprimé sa volonté de jouer pour l’Algérie. Une déclaration choc qui faisait suite aux propos du président de la Fédération française, Noël Le Graët, qui avait affirmé que l’aventure de Karim Benzema chez les Bleus était terminée.
Par ailleurs, les deux internationaux algériens Riyad Mahrez et Djamel Eddine Belamri ont également adressé leurs félicitations au peuple algérien à l’occasion de la Fête de l’indépendance et de la jeunesse, coïncidant avec le 5 juillet. Le message du capitaine de l’équipe nationale, Riyad Mahrez, est fort : «58 ans…un héros, le peuple», a écrit la superstar de Manchester City sur son compte officiel Twitter. De son côté, le défenseur du club saoudien Al-Shabab a écrit deux mots qui reflètent tout l’amour qu’il porte pour son pays : « Vive l’Algérie ». Il a, aussi, joint le commentaire : « gloire et éternité à nos martyrs » sur une photo des membres de l’équipe nationale.

La veuve d’Ahmed Mebrek accuse…
La veuve d’Ahmed Mebrek, ex-président de la Ligue régionale de Annaba, a fait des révélations graves sur la mort de son époux, décédé samedi dernier d’un arrêt cardiaque à l’âge de 73 ans. Alors qu’il était élu, le défunt a été suspendu de ses fonctions par la FAF en avril dernier. Il avait succombé au harcèlement moral exercé sur lui parles actuels responsables de la FAF, selon sa femme. « Ces derniers reprochaient au défunt Ahmed Mebrek d’être un ami proche de l’ex-président de la FAF, Mohamed Raouraoua« , a-t-elle révélé dans une déclaration à la chaîne TV privée El Bilad. Elle a laissé entendre que son mardi n’a pas supporté la forte pression qu’il subissait et avait fini par lâcher. La FAF et le ministère de la Jeunesse et des Sports n’ont pas réagi aux déclarations de la veuve d’Ahmed Mebrek, ce qui est étonnant et regrettable d’autant plus que « les responsables de la FAF espéraient vainement trouver des anomalies dans la gestion de la Ligue régionale ». Elle a assuré que son mari était « honnête et la gestion de la Ligue était saine ».

Le coup de gueule de Zidane
Les matches du Real Madrid se suivent et se ressemblent. Trois jours après être venu à bout de Getafe grâce à un penalty transformé par Sergio Ramos à l’entame des dix dernières minutes, le club madrilène l’a en effet emporté à Bilbao (0-1) grâce à un scénario très ressemblant.
Si les Merengue ont enchaîné une sixième victoire de rang depuis la reprise, ils le doivent une nouvelle fois à leur capitaine, toujours aussi performant dans l’exercice des penaltys, mais également à deux décisions arbitrales favorables dans la dernière ligne droite de la rencontre. Car l’arbitre s’en est remis à la VAR pour accorder un penalty aux troupes de Zinedine Zidane.

Nouvelle plainte de Neil Young contre Trump
Le rockeur américano-canadien Neil Young a accusé le président américain d’avoir utilisé sa chanson « Rockin’ In The Free World »
Le rockeur américano-canadien Neil Young a accusé le président américain d’avoir utilisé sa chanson « Rockin’ In The Free World ». Pour Neil Young, c’est encore non. La star du rock refuse à nouveau que sa musique soit utilisée dans un évènement lié à Donald Trump. Le compte Twitter « Neil Young Archives » a retweeté une vidéo montrant la chanson Rockin’in the Free World jouée lors d’un meeting du président américain à Mount Rushmore. « Cela ne me va PAS », écrit le compte, avec la négation en lettres capitales : Ce n’est pas la première fois que Neil Young s’insurge contre l’utilisation de sa musique par Donald Trump. En 2015 déjà le président américain s’était permis d’utiliser son titre Rockin’ In The Free World pour annoncer sa candidature. Il a récidivé en 2018, suscitant cette réponse du musicien : « DT n’a pas ma permission pour utiliser Rockin’ In The Free World. Légalement, il a le droit de le faire, mais ça va à l’encontre de ce que je souhaite. »

Mis aux poings
« L’élite politique doit pouvoir discuter, dialoguer et négocier », sofiane djilali, président du parti Jil Jadid

Faire tout ça à la fois ? wana aâreft…

« L’Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque beaucoup de choses dans les relations bilatérales », Abdelmadjid Tebboune, président algérien.

Pareil cheminement parait en effet inévitable.

« Les attaques des autorités marocaines contre la crédibilité d’Amnesty International et la campagne de dénigrement orchestrée contre le bureau d’Amnesty à Rabat montrent à quel point elles (les autorités) sont devenues intolérantes à l’égard de l’examen et des critiques légitimes de leur bilan en matière de droits humains », extrait d’un communiqué d’AI.

Chassez le surnaturel…