JA

Jeux africains-2019 : Rabat prêt à relever le défi

La capitale marocaine Rabat sera du 19 au 31 août, le carrefour du sport continental, avec la tenue des 12es Jeux africains (JA-2019) auxquels prendront part plus de 6.000 athlètes de 54 pays qui vont concourir dans 29 disciplines sportives.
Le Maroc, qui accueille la compétition pour la première fois de son histoire, s’est engagé à remplacer au pied levé la Guinée équatoriale, initialement désignée pour accueillir le grand rassemblement sportif africain. Il s’agit-là d’un grand défi pour le sport africain, toujours en butte à des problèmes financiers et de calendrier. Le Maroc avait signé le protocole d’accord pour l’organisation des Jeux en décembre 2018 sur une demande de l’Union africaine (UA), de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), de l’Union des confédérations des sports africains (UCSA) et du Comité local d’organisation (LOC), à la suite du retrait de la Guinée équatoriale, laquelle voulait avoir des « garanties » pour que ce rendez-vous soit qualificatif aux Jeux olympiques de Tokyo-2020, selon la déclaration de son directeur général au ministère des Sports, Josue Esono Edu Corredor. « Cette édition connaîtra la participation de 6 500 athlètes et sportifs, 1 500 cadres techniques et chefs de délégation, ainsi que 2 000 volontaires qui accompagneront les participants tout au long de la compétition, soit un total d’environ 15.000 personnes », a fait savoir le ministre de la Jeunesse et des Sports marocain, Rachid Talbi Alami, lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation des Jeux. Pour cette 12e édition des joutes africaines, 29 disciplines sont inscrites au programme de la compétition, dont 16 seront qualificatives aux Olympiades de Tokyo. Il s’agit de l’athlétisme, du canoë, du kayak, de la natation, du tennis, du beach-volley, de l’haltérophilie, du tennis de table, du cyclisme (sur route et VTT), des sports équestres, du triathlon, du judo, du taekwondo, du tir à l’arc, du badminton et de l’escrime. Avec plus de 6.000 athlètes représentant 54 pays, les JA-2019 risquent d’enregistrer une pluie de records en prévision des Jeux olympiques, notamment dans les disciplines individuelles classiques (athlétisme, natation, judo et cyclisme), où les athlètes s’arracheront pour décrocher leur billet pour Tokyo. Afin de réussir une programmation optimale, les épreuves sportives ont été réparties sur six villes : Rabat, Casablanca, Salé, El-Jadida, Mohammedia et Khémissat, alors que la Village olympique a été établi à l’Université internationale de Rabat. « Le choix a été porté sur ces villes en raison du niveau de leurs infrastructures sportives et des sites d’hébergement adéquat pour accueillir les différentes disciplines programmées », ont indiqué les organisateurs. Mis à part les épreuves de judo ainsi que les tournois de football féminin et de beach-volley qui débuteront le 16 août, les autres disciplines se disputeront du 19 au 31 août. Outre le volet sportif, les organisateurs ont également programmé une série d’activités culturelles visant à promouvoir ce grand événement sur le terrain auprès du grand public, à travers des animations divertissantes dirigées par plus de 2000 bénévoles. A cet effet, le Comité d’organisation des Jeux africains de Rabat a lancé une caravane mobile qui a sillonné plusieurs villes marocaines, du 5 au 16 août dans le but de promouvoir les différentes disciplines au programme des JA-2019. Les Jeux africains sont organisés tous les quatre ans. La capitale du Congo, Brazzaville, a accueilli la première édition en 1965 et la dernière en 2015, tandis que celle de 2023 sera abritée par le Ghana.