UAp2

ISRAËL OBSERVATEUR À L’UA : La SADC saisit et informe Moussa Faki de son objection

Les chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC) ont soumis au président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, leur objection à sa décision d’accorder à l’entité sioniste le statut d’observateur auprès de l’organisation panafricaine.
Dans une lettre envoyée à Faki mercredi, le secrétaire exécutif de la SADC, Stergomena Tax, a rappelé que « les chefs d’État et de Gouvernement de la SADC avaient « noté avec inquiétude et contesté la décision prise par la Commission de l’UA d’accorder à Israël le statut d’observateur auprès de l’UA » et avaient demandé au secrétariat d’informer la Commission de l’UA en conséquence », et ce à l’issue du 41e sommet de la SADC, tenu récemment à Lilongwe. « Par cette lettre, le secrétariat de la SADC souhaite informer la Commission de l’Union africaine de l’objection des États membres de la SADC à sa décision d’accorder à Israël le statut d’observateur auprès de l’Union africaine », a insisté le sortant Stergomena, remplacé à la tête de cette organisation par le Botswanais, Elias Mpedi Magosi.
L’annonce faite en juillet dernier par Moussa Faki Mahamat concernant l’octroi du statut d’observateur à l’entité sioniste au sein de l’UA a été rejetée par sept délégations permanentes auprès de l’organisation panafricaine.
Il s’agit de celles de l’Algérie, de l’Égypte, des îles Maurice, de Tunisie, de Djibouti, de Mauritanie et de la Libye. Ces pays ont été rejoints, par la suite, par d’autres membres de l’UA dont l’Afrique du Sud.
« Nous souhaiterions aviser la Commission de notre opposition à la décision d’ordre politique de son président, à savoir l’octroi du statut d’observateur auprès de l’UA à Israël », a relevé une note verbale, établie par les ambassades des pays opposés à la décision.
Les ambassades de Jordanie, du Koweït, du Qatar, du Yémen ainsi que la délégation de la Ligue arabe ont exprimé leur solidarité avec les sept ambassades sur cette question. La décision a suscité, depuis, plusieurs réactions de la part des pays africains pour lesquels accorder le statut d’observateur à une puissance occupante est contraire aux principes et objectifs de l’Acte constitutif de l’Union africaine, en particulier au moment où Israël multiplie ses actes d’oppression en violation totale du droit international et au mépris des droits de l’Homme du peuple palestinien ». Par ailleurs, l’Algérie est parvenue, par voie diplomatique, à inscrire la décision du président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, à l’ordre du jour du prochain Conseil exécutif de l’UA, pour statuer sur les réserves exprimées par des États membres ayant rejeté l’admission de l’entité sioniste à l’UA.
R. I.