Insertion des toxicomanes : Lancement d’une étude sur le profil des drogués à Oran

Le Conseil de concertation sur l’insertion des toxicomanes, récemment mis en place par l’Association de lutte contre la consommation de drogues (ALT), lancera prochainement une étude sur le profil des toxicomanes, a-t-on appris des initiateurs du projet.

Ce projet a été proposé, lors de la dernière réunion du comité, a indiqué Dr Hassina Dahane, présidente de l’association ALT, ajoutant que le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran (CRASC) est partenaire sur cette étude, avec la participation d’autres organismes impliqués dans le suivi et l’insertion des toxicomanes. Le profil des toxicomanes est sujet à beaucoup de préjugés et d’a priori. Les gens ont tendance à penser que l’addiction aux drogues ne touche que des marginaux, a souligné la même responsable, précisant qu’il s’agit d’un fléau qui touche toutes les catégories sociales. L’objectif de l’étude est de définir ces profils qui sont multiples et différents, a-t-elle dit, «car pour sensibiliser, suivre et insérer ces toxicomanes, il faut savoir à qui on s’adresse et ce fléau touche toutes les catégories», a-t-elle relevé. L’ALT est impliquée, durant ce mois d’avril, dans des campagnes de sensibilisation en milieu professionnel, en partenariat avec des APC et des Centres de formation professionnel. Le Conseil de concertation, créé en mars dernier, regroupe des représentants des différents dispositifs d’emploi dont l’Ansej et l’Angem, des organismes d’aide à l’insertion, comme le Centre de l’insertion des anciens détenus, et d’autres dédiés au suivi, comme les centres de désintoxication. Le Conseil a pour mission d’assister des toxicomanes qui ont récemment décroché, ou qui sont en cure de désintoxication, à monter des petits projets en vue d’insérer et encourager cette catégorie de personnes dans un projet de vie, avec l’assistance de psychiatres, psychologues et coachs. Il s’agit du projet «Jeunesse sans drogue» initié par l’association ALT dans le cadre du Programme d’appui à la jeunesse et l’emploi (PAJE), financé par Nasije (nouvelles actions solidaires pour l’insertion des jeunes exclus) et mis en úuvre par la fédération Handicap international et l’Angem à Oran. Ce projet vise à favoriser l’accès des jeunes toxicodépendants les plus exclus à des moyens d’existence et des revenus suffisants ainsi qu’à des opportunités d’insertion professionnelle ou de création d’entreprise.