Insécurité dans le campus universitaire de Tizi Ouzou : Des enseignants réclament «des mesures appropriées»

Des enseignants de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou (UMMTO), ont organisé mercredi un rassemblement devant le rectorat de l’université au campus de Hasnaoua pour dénoncer «l’insécurité» dans cette structure universitaire, appelant à prendre les mesures «appropriées».
Lors de ce rassemblement auquel a appelé la section locale du Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes) lors d’une assemblée générale tenue dimanche, les enseignants auxquels se sont joints des étudiants ont tenu à alerter sur «la proportion prise par la violence dans les enceintes universitaires», exigeant «des mesures appropriées et immédiates afin d’éviter le pourrissement». Cette montée au créneau des enseignants de l’UMMTO, intervient suite à l’agression, la semaine dernière, d’une enseignante du département de langue et littérature françaises par un étudiant empêché de frauder aux examens qui a jeté l’effroi chez les enseignants qui considèrent que «la dignité de l’enseignant se trouve, encore une fois, foulée au pied».
Les enseignants protestataires reçus par le recteur de l’université, le professeur Daoudi Smail, ont, également, soulevé une série de revendications socioprofessionnelles inhérentes, entre autres, aux salaires et à la problématique du logement. Contacté par l’APS, M. Daoudi, tout en jugeant «légitimes» les revendications soulevées par les enseignants, a souligné «la pleine disposition de sa direction à apporter des solutions aux différents problèmes», posés par les enseignants lors de cette entrevue. S’agissant de l’agression de l’enseignante «toutes les instances ont été saisies et des dispositions réglementaires ont été prises», a indiqué M. Daoudi, ajoutant que pour ce qui est du logement et des salaires «des démarches sont entreprises pour y trouver des solutions».
Ainsi, a-t-il précisé, les autorités locales ont été saisies pour le règlement du problème des 272 logements de Tamda, à l’est de Tizi-Ouzou, destinés aux enseignants universitaires soulignant que le wali s’est «engagé pour le règlement de ce problème», ajoutant que pour les salaires «la tutelle a été, également, saisie».