Samy Frioui

Ils ont tous les trois décroché des contrats européens : Darfalou, Abdellaoui et Frioui, l’arbre qui cache la forêt

Malgré tout ce qui se dit sur le niveau du champion algérien et par ricocher sur les joueurs du cru, il n’en demeure pas moins que chaque saison nous révèle des éléments qui émergent du lot et qui parviennent même à décrocher des contrats dans des clubs européens.

L’exercice passé n’a pas dérogé à la règle. Mieux, il a réservé une belle surprise pour trois joueurs ayant réussi à attirer l’attention de clubs du vieux continent, modestes soient-ils, faut-il le préciser. Il faut d’ailleurs remonter à loin dans le temps pour trouver trace d’un tel nombre de joueurs qui quittent en même temps le championnat algérien pour l’Europe. Il s’agit de Darfalou, Abdellaoui (USMA) et Frioui (USMB), trois jeunes joueurs qui ont mérité leurs transferts au vu de tout ce qu’ils ont donné lors des exercices passés, notamment le dernier. En effet, le premier nommé a terminé tout simplement comme meilleur buteur du championnat. Cet attaquant a même réalisé une très bonne moisson en inscrivant 19 buts, ce qu’aucun buteur n’avait réussis dans le championnat algérien depuis plusieurs années. C’est en toute logique donc qu’il tape dans l’œil de quelques clubs européen avant de choisir le championnat hollandais où il s’est engagé avec la formation de Vitesse, vainqueur de la coupe nationale lors de l’avant précédent exercice. Son coéquipier, Abdellaoui, lui, va monnayer son talent dans le championnat suisse. Ce fougueux défenseur de 25 ans espère en faire un tremplin pour rejoindre un championnat européen plus huppé. C’est d’ailleurs la même ambition que nourrit Frioui, qui, malgré la relégation de son équipe l’USMB en Ligue 2, est parvenu à décrocher un contrat avec le club grec d’Arissa. Frioui, passé lui aussi par l’USMA avant qu’il ne soit poussé à la porte une fois promu en seniors, a fait parler son talent de buteur en inscrivant 17 buts la saison passée. Ces trois transferts devraient à coup sûr motiver les autres joueurs locaux, à l’image de l’attaquant du CSC, Abid, deuxième meilleur buteur du championnat, à travailler davantage dans l’espoir de suivre leurs traces. Darfalou, Abdellaoui, et Frioui constituent néanmoins l’arbre qui cache la forêt. La réalité de notre championnat reste amère, étant donné que les présidents des clubs n’accordent toujours pas d’importance à la formation, soit la principale condition qui permet au sport roi du pays de renaitre de ses cendres. C’est pour cette raison-là d’ailleurs que le directeur technique national, Rabah Saâdane, vient de tirer à boulets rouges sur les dirigeants des clubs allant jusqu’à les qualifier de la ‘’mafia’’ du football. En fait, le ‘’Cheikh’’ n’avait pas vraiment tort.

Hakim S.