Belmadi

Il n’y a pas de fumée sans feu dit-on : Que se passe-t-il dans la maison-EN ?

Y a-t-il quelqu’un pour éclairer notre lanterne et nous dire ce qui se passe vraiment à la Faf et pourquoi ce flou entourant l’avenir de Belmadi à la tête des «Verts» ? Il y a comme un malaise et une situation à assainir au plus tôt, car il y va du statut d’une sélection qui n’a plus le droit de décevoir les attentes de ses millions de fans après l’exploit d’Egypte. Et si le couple Zetchi- Belmadi jouait la transparence et dissipait une fois pour toutes les doutes ? Des rumeurs allant se gonflant ?

On spécule…
Un communiqué laconique pondu à la va-vite par la Faf. Sans autres précisions qu’un nouvel entraîneur, déjà en place un étage en dessous et concerné par la préparation d’échéances internationales immédiates plus qu’importantes car il s’agit des éliminatoires (3e et dernier tour) de la Coupe d’Afrique des nations de la catégorie (U23 ou moins des 23 ans) et qualificative pour les Jeux Olympiques (2020) prévus l’été au pays du «Soleil Levant », le Japon, est désigné pour présider au coaching de l’Equipe nationale «A’» appelée pour sa part à croiser le fer, le mois prochain (Septembre) pour le compte du CHAN 2020 au Cameroun, avec le Maroc qui n’est autre (pour dire que la tâche ne sera pas aisée et qu’il faut craindre pour les nôtres dont l’ambition est de se replacer parmi les meilleurs du continent en retrouvant enfin et dès cette édition, la phase finale) que le champion en titre. Jusque-là, nous dira-t-on, rien d’étonnant sauf que quelques heures auparavant (un peu plus de 24 heures pour être plus précis), une liste de 22 joueurs locaux, censés en principe prendre part à un stage préparatoire à cette compétition, était rendue publique via le site internet de la structure en charge du football national présidée par Zetchi et reprise par tous les médias où l’on apprend, médusés et dans l’incompréhension généralisée, en l’absence de plus amples informations et de justifications, que ce n’est pas (des sources qu’on dit généralement bien informées, car proches du bureau de Dely-Brahim, parlent carrément d’un refus catégorique signifié par Belmadi de continuer cette aventure et de ne plus s’occuper que de l’équipe fanion, désormais championne d’Afrique en titre après sa brillante consécration en Egypte à l’issue d’une CAN 2019 dominée de bout en bout) le héros du Caire qui dirigera la manœuvre pour ce qui reste du parcours sur la route d’un CHAN qui voit déjà les ambitions de la version locale des «Verts» largement revues à la baisse. On peut y lire, par exemple (on reprend in-extenso), la liste des noms composant le staff de Ludovic Batelli, c’est de lui qu’il s’agit finalement, que (sic) «la Faf tient à informer l’opinion publique au sujet de l’organisation technique en charge de l’équipe nationale A des locaux appelée à prendre part aux éliminatoires du CHAN 2020.
Elle est ainsi composée…» La suite important peu par rapport à un scoop à valeur d’onde de choc et qui n’en finira sûrement pas de soulever quelques interrogations légitimes auprès de cette opinion que le 1er responsable, apparemment à court d’explications (on ne nous dit pas pourquoi ce changement et pourquoi maintenant et, surtout, pour quelles raisons l’architecte du récent triomphe algérien sur les bords du Nil s’est ravisé en décidant de se «désister» et d’abandonner, sans même commencer, un autre projet qui semblait lui tenir tellement à cœur) prendre à témoin. Sans même prendre la peine chercher à tuer dans l’œuf d’éventuelles (il y en aura, les rumeurs prenant par ailleurs le relais, d’autant que des deux côtés, de la part de la Faf comme celle de Belmadi, les 1ers concernés qui se murent dans un silence pesant, ont tout intérêt à sortir de leur mutisme) spéculations.

Un titre sur fond… d’incertitudes
Que se passe-t-il dans la maison- E.N ? Il n’en fallait pas plus pour que ces dernières reprennent de plus belle après la démission attendue (on en parlait avant, pendant et juste après la CAN en Egypte avant qu’elle ne se confirme après que le dernier BF en date, jugé de très «ordinaire», ne le conforte pourtant dans ses fonctions) du manager général Hakim Meddane qui avancera des motifs des plus banals et n’apportant rien de nouveau avec «un je suis fatigué», ajoutant un peu plus de nuages à un ciel s’assombrissant au fur et à mesure que l’on se rapproche de la nouvelle saison qui verra nos différentes E.N et nos formations de clubs (notre bande des quatre, en l’occurrence l’USM Alger et la JS Kabylie en Ligue des champions africaine, le CR Belouizdad et le Paradou AC, en Coupe de CAF vient de réaliser un carton plein en compostant leurs billets pour le prochain tour et se rapprochent à grands pas de la phase des «poules») redescendre sur les durs terrains africains pour défendre le nouveau rang qui est maintenant celui des «Fennecs» revenus en grands champions au pays.
Et donc, costume de N°1 oblige, plus que jamais attendus au tournant. Belmadi parti (on ne sait toujours pas, et on se répète, pourquoi) sitôt arrivé et qui laisse la place à Batelli qui a toutefois l’avantage (ça peut aider) de bien connaître le championnat d’Algérie et les talents sur lesquels il pourrait compter pour mener (c’est ce que le public algérien lui souhaite) à bien sa mission, notamment pour passer le sérieux écueil des «Lions de l’Atlas» dans un derby maghrébin des plus prometteurs, en raison de la rivalité sportive opposant les deux football.
On ne peut pas dire que la Faf ne s’est pas lamentablement plantée sur un sujet où elle apporte (sciemment ?) de l’eau au moulin de la rumeur et considéré par beaucoup comme une sorte de ballon sonde sur fond de préparation de cette même opinion à un départ (depuis le temps que l’on en parle) de Belmadi que nombre d’observateurs considèrent, sans entrer dans les détails, pour imminent même si l’intéressé, qui pour sa part ne parle pas beaucoup, a semblé démentir en s’impliquant dans la sélection des «locaux» auxquels il donnera rendez-vous (la liste des «22» établie par ses soins rendait crédible cet engagement) pour cette fin de mois d’août avant de se raviser pour des raisons (merci madame rumeur de bien meubler nos discussions) obscures. Quid du titre acquis brillamment aux pieds des Pyramides? Le flou total quant au retour à la sérénité et au calme espéré dans un football algérien appréciant (ce n’est pas nouveau) les zones de turbulences et le règne de la «spéculation» ?

Droit dans le mur
Un titre de champion qui ne fait pas (loin s’en faut) avancer les choses. Sinon dans le mauvais sens. La mauvaise direction comme ces vents contraires emportant (on ne sait également rien sur certains départs au retour à Alger et de qui il s’agit) Hakim Meddane et quelques uns des membres influents de l’équipe administrative qui a fait le déplacement d’Oum Eddounia. Meddane parti (de mauvaises langues prétendent que c’est sur insistance du coach national dont les «exigences» pour rester en poste dépendraient de la «volonté» de ses employeurs, c’est-à-dire la Faf, d’assainir l’environnement de l’E.N en apportant du sang neuf et, on l’aura compris «faire le ménage et faire tomber», pour ne pas dire «couper» des têtes) on pouvait penser les «problèmes» aplanis avec justement cette liste des «22» appelés à relever le problématique défi marocain. Que s’est-il passé entre-temps et que comprendre avec cette sortie de Belmadi (on dit qu’il aurait transmis à Zetchi des noms de l’entourage immédiat de l’E.N qu’il veut voir «partir» avant de reprendre le boulot) à quelques jours seulement (ce n’est pas fortuit ?) d’un stage des «A» concernés par les dates- Fifa de septembre et (on parle de deux sorties amicales de haut niveau, dont et ça reste à confirmer, la Belgique et l’Argentine qui auraient émis le vœu de rencontrer les nouveaux champions d’Afrique) et une reprise de langue avec leur public qui attend énormément d’eux désormais, avant les choses sérieuses et les doubles phases qualificatives pour la CAN 2021 au Cameroun (peut-être en Algérie, le pays de Roger Mila ayant, dit-on, de réels problèmes à relever le défi et donc dans l’œil du cyclone de la Caf ?) et le Mondial 2022 au Qatar que les supporters rêvent d’envahir après le bel épisode égyptien ? En attendant, on ne sait pas quel est son programme, avec quels joueurs (la liste n’est toujours pas rendue publique) il compte retrouver la sélection et si matches amicaux il y aura. En attendant aussi, on perd un temps précieux. Du déjà-vu et bien des raisons de croire qu’on ne retient pas les leçons du passé. Des risques de reprendre le chemin de croix qui a suivi la grosse performance d’un certain été brésilien et une Coupe du Monde 2014 dont on n’aura pas tiré les enseignements qu’il fallait. Depuis, et avant la venue de Belmadi (son départ serait une bien grosse perte et on attend qu’on nous rassure du côté de la Faf dans l’obligation de jouer franc jeu sur une question des plus brûlantes et tenant en haleine l’opinion), on naviguait à vue. Avec les résultats qu’on sait. Alors, y a-t-il quelqu’un pour éclairer notre lanterne et nous dire ce qui s’y passe vraiment et où est le problème? Les problèmes si problèmes il y a. À bon entendeur
Azouaou Aghilas