Belahcel

Hakim Belahcel, PS du FFS : «Une campagne de sape est orchestrée pour neutraliser le parti»

Le premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), Hakim Belahcel, a dénoncé, samedi dernier, une «campagne de sape savamment orchestrée» contre le parti, fragilisé depuis la semaine dernière par une vague d’incidents de violence sans précédents. En cause : deux ailes qui provoquent la division au FFS ; celle du coordinateur de l’instance présidentielle, Ali Laskri d’un côté, et de l’autre, celle des deux membres de cette instance, Hayat Tayati et Sofiane Chouikh. Déjà plongé dans une crise interne menaçant son implosion, le vieux parti de l’opposition a connu récemment une série de violence inouïe : après que des militants mécontents, conduits par deux membres du Présidium du parti, se sont soulevés, le 13 avril dernier, contre le coordinateur du parti, Ali Laski, en chassant ce dernier du siège du parti : des supposés militants armés d’objets tranchants et de bombes lacrymogènes ont tenté d’entrer de force au siège du parti samedi dernier. Ali Laskri est soupçonné d’être l’instigateur de cette tentative de «récupération du siège du parti», ce que le concerné nie catégoriquement. Des incidents de violence qui ont été dénoncés, pour rappel, par les deux parties, s’échangeant mutuellement les accusations de vouloir s’accaparer la direction du parti. «Si notre parti fait l’objet, aujourd’hui, d’une campagne de sape savamment orchestrée, c’est justement pour le neutraliser et le contraindre à s’affairer dans ses «problèmes internes», a déclaré Belahcel, dans un communiqué. «Les officines du pouvoir ne veulent pas et ne souhaitent pas faire face à un FFS percutant et entreprenant. Elles s’ingénient, depuis des mois maintenant, à conspirer contre lui pour lui faire payer ses positions radicales et courageuses», a-t-il ajouté. Dans une tentative d’apaisement, Belahcel s’est adressé directement aux militants du parti en s’engageant «à déployer toute son énergie afin de rassembler la famille du FFS en tenant compte des orientations de l’instance présidentielle». «J’ai la profonde conviction que nous pouvons dépasser cette situation avec l’apport sincère et effectif des dignes militants du Front des forces socialistes», a-t-il rassuré, souhaitant que «la responsabilité de tous »soit «engagée pour trouver les solutions les moins coûteuses et les plus rapides». Belahcel a lancé un deuxième appel aux « valeureux militants du FFS», pour aider à replacer «notre initiative politique au-devant de la dynamique populaire pleine de perspectives et de visions», estimant que «la formidable révolution pacifique du peuple algérien a besoin du FFS». Il a fait part de sa détermination «à mener à bien [sa] mission», détermination qui« demeure intacte», voire même qui «se renforce de jour en jour car vous êtes très nombreux à me soutenir dans mon élan rassembleur». Pour tenter de dissiper un peu le trouble suscité par les récents évènements de violence, Belahcel, qui se savait être en territoire hostile car lui-même est contesté par l’aile anti-Laskri, fait une concession et se pose en rassembleur. «À cet effet, dans le cadre de la préparation du 6ème congrès ordinaire du parti, qui sera un congrès de rassemblement de l’ensemble des militants du FFS, j’appelle les militants du parti sans exclusion, à rejoindre leurs structures locales respectives pour participer à la préparation de cet événement très important pour l’avenir du parti», a-t-il lancé. Il a poursuivi : «Nous avons le devoir et la ferme volonté d’enclencher une nouvelle dynamique partisane qui nous permettra d’organiser le sixième congrès national ordinaire dans les meilleurs délais et dans de meilleures conditions», faisant part de son espoir «que la sagesse et la clairvoyance l’emportent contre la violence et les actes irréfléchis».
Hamid Mecheri

Une session du Conseil national le 4 mai prochain
Le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), Hakim Belahcel, a annoncé, hier dans un communiqué, qu’une session extraordinaire du conseil national du parti est convoquée pour le 4 mai 2019. Le FFS est divisé depuis des semaines entre deux ailes qui se revendiquent la direction du parti. Les derniers incidents de violence dans le siège du parti ont fait craindre aux militants une implosion de la plus vieille formation de l’opposition. En cause : deux ailes qui provoquent la division au FFS ; celle du coordinateur de l’instance présidentielle, Ali Laskri, et deux membres de cette instance, Hayat Tayati et Sofiane Chouikh. Ces derniers, pour rappel, avaient tenu, le 22 mars dernier, un conseil national extraordinaire, auquel ont assisté une soixantaine de membres du conseil national au siège de la fédération du parti à Alger. Au terme des travaux qui ont vu également la présence de Jugurtha Aït Ahmed, fils du défunt Hocine Aït Ahmed, les membres présents ont adopté une série de mesures ; dont la «suspension» du nouveau premier secrétaire Hakim Belahcel. Le coordinateur de l’instance présidentielle a aussitôt récusé cette réunion « illégitime », frappant de nullité toutes les mesures émises.
H. M.