EN Algérie

Finale de la CAN/Algérie-Sénégal (demain à 20h00) : Le jour le plus long

Demain, vendredi, sera sans doute le jour le plus long pour les Algériens. Ce jour pourrait même être historique pour tout un peuple, vu que son équipe nationale a un joli pari à jouer, celui de remporter la première coupe d’Afrique en dehors du pays, et la deuxième dans l’histoire du football algérien après 29 ans d’attente.

La mission ne sera toutefois pas facile contre une équipe sénégalaise qui a été à la hauteur des espérances, puisqu’il s’agit du premier favori des spécialistes avant le début du tournoi.
Cependant, les Lions de la Terranga ne s’attendaient pas à ce qu’ils aient affaire à la menace des Algériens qui se sont même permis le luxe de les battre lors du premier tour.
Voilà qui devraient permettre à la bande à Belmadi d’aborder cette finale avec un ascendant psychologique. Ce n’est pas tout, puisque l’historique des matchs entre les deux équipes est largement en faveur des Fennecs, ce qui constitue aussi un autre avantage pour l’équipe nationale plus que jamais déterminée à aller au bout du rêve.
En effet, avant la finale du 19 juillet, Algériens et Sénégalais se sont croisés à 22 reprises – la dernière fois pas plus tard que le 27 juin, lors du premier tour (victoire 1-0 des Verts). Et le bilan global est largement favorable aux Nord-Africains, avec 13 victoires, 5 nuls et 4 défaites. Il y a deux façons de voir les choses, à la veille de cette vingt-troisième confrontation entre l’Algérie et le Sénégal. Si on est né du côté d’Alger ou de Constantine, on se dit qu’il n’y a pas de raison que la tendance s’inverse, puisque depuis le 1er mai 1977 et un premier succès en amical (2-0), la roue tourne souvent dans même sens, ce que le match du 27 juin dernier est venu confirmer.
Mais pour l’habitant de Dakar ou Saint-Louis, où on refuse de voir les statistiques comme une fatalité, on est prêt à oublier toutes les déconvenues du passé si jamais les choses devaient bien se finir pour leur équipe vendredi soir. C’est l’avis aussi de l’entraineur national Djamel Belmadi qui ne cesse de mettre en garde ses capés contre tout excès de confiance que pourrait engendrer un éventuel recours par les joueurs aux statistiques des rencontres, car un match ne ressemble jamais à un autre.
Hakim S.