‘’Evincés’’ de la sélection des joueurs locaux : Les salaires de Madjer et ses adjoints revus à la baisse

Déchargés de la mission de diriger la sélection nationale des joueurs locaux, Madjer et ses adjoints, Ighil et Menad, vont en subir les conséquences sur le plan financier. En effet, les trois entraîneurs vont voir leurs salaires revus à la baisse.

Madjer perçoit plus de 4 millions DA (400 millions centimes), alors que les salaires de ses adjoints avoisinent les 3 millions DA. Ces salaires ont été fixés sur la base d’un accord conclu avec le président de la FAF, Zetchi, par lequel il les a confié les destinées techniques des deux sélections. Maintenant que leurs prérogatives sont réduites, ces trois entraîneurs doivent accepter que leurs salaires soient diminués. Pour certains, il s’agit là d’une ‘’stratégie’’ prônée par le patron du sport roi dans le pays pour pousser les trois techniciens vers la porte de la sortie. Ce n’est un secret pour personne d’ailleurs, Zetchi commence depuis quelques temps à remettre en cause le choix de confier le ‘’Club Algérie’’ à Madjer, un choix qui lui aurait été imposé d’en haut.
Les dernières sorties de l’homme dans les médias confortent cette thèse. C’est à croire que les jours de Madjer sont comptés à la tête de la sélection. La décision du président de la FAF concernant l’équipe A’ est une manière d’amener Madjer à se retirer et quitter la table avec les honneurs. Il faut aussi relever que la décision de décharger Madjer de la mission de l’équipe A’ intervient après l’élimination des U20 de la CAN de la catégorie. Le président de la FAF n’entend pas lâcher les U20 qui ont été séduisants malgré leur élimination devant le Ghana. A la FAF, on évoque le maintien du staff technique actuel à la tête de cette sélection dont l’ossature devrait constituer la future sélection nationale des joueurs locaux. La FAF aura perdu beaucoup de temps avec le sélectionneur espagnol, Lucas Alcaraz, puis avec Madjer. En somme, Zetchi a perdu plus d’une année sans parvenir à stabiliser la sélection nationale, ce qui dénote par ailleurs d’un manque de vision et de stratégie de la part du président de la fédération. Son inexpérience a fait perdre un temps précieux à l’équipe nationale dont les résultats demeurent déterminants, voire vitaux quant à la réussite de la FAF. Une chose est sûre : les deux prochaines sorties amicales des Verts contre le Cap-Vert et le Portugal en début juin à Alger et Lisbonne respectivement, risquent d’être décisifs pour l’avenir de Madjer aux commandes techniques des Fennecs, deux rendez-vous qui se présentent déjà sous de mauvais auspices après la sortie de M’bolhi et Feghouli qui ont tout simplement décliné la convocation de l’entraîneur national.
Hakim S.