bouchachip4

ELLES DEVAIENT AVOIR LIEU À ORAN ET MILA : Les conférences de Mustapha Bouchachi interdites

Dans un communiqué de presse, rendu public au dixième vendredi du mouvement populaire pacifique, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) a dénoncé l’interdiction imposée à l’avocat Mustapha Bouchachi de tenir une conférencedébat au niveau de de la wilaya d’Oran. Devant avoir lieu hier, le ministère de l’Intérieur a refusé de donner l’autorisation pour la tenue de la conférence pour des raisons non-dévoilées. «Le bureau régional de la LADDH d’Oran, après des discussions entre les membres, durant deux semaines, a décidé d’inviter son ancien président Me Mustapha Bouchachi pour donner une conférence-débat sur les questions liées au mouvement populaire et la période de transition», a écrit le bureau de la LADDH d’Oran dans un communiqué diffusé vendredi soir. «Trois membres de la LADDH ont entamé les démarches administratives en vue de préparer l’évènement et ce, après que la date du 27 avril ait été fixée avec maître Bouchachi », a précisé l’ONG tout en notant qu’elle a «obtenu l’accord de principe de la direction de la salle et a soumis la demande à la direction de l’organisation et des affaires publiques». Cependant, suite à la correspondance envoyée par le wali d’Oran au ministère de l’Intérieur, la LAADH a été « notifiée par appel téléphonique que la conférence n’était pas autorisée ». Sur ce, l’ONG a considéré cette position comme étant une «atteinte au droit au rassemblement». La LADDH a dénoncé dans son communiqué la décision émanant du Gouvernement Bedoui rejeté par le peuple. La Ligue de défense des droits de l’Homme a décidé de maintenir la conférence malgré l’interdiction, tout en appelant à un rassemblement devant le siège de la wilaya d’Oran pour la semaine prochaine. D’autre part, des jeunes représentants du mouvement populaire au niveau de la wilaya de Mila ont dénoncé, également, la position du wali quant à la non délivrance d’une autorisation pour animer une conférence de maître Bouchachi. Prévue pour demain, sous le thème «L’Algérie entre les défis du présent et les aspirations du futur», le wali de Mila a refusé de répondre au groupe de jeunes ayant sollicité cette autorisation. Les initiateurs de l’évènement ont affirmé qu’ils se sont présentés, à maintes reprises, au bureau du wali, mais en vain. Bien qu’ils aient présenté tous les documents requis, les organisateurs ont déploré le fait que l’exécutif de la wilaya ignore la demande et refuse de répondre positivement ou négativement à celle-ci. Condamnant cette position, les jeunes organisateurs ont tenu à préciser que ce genre d’évènement a pourtant pour but de sensibiliser davantage les citoyens quant à la nécessité de rester pacifiques dans ce mouvement populaire et à faire passer les intérêts et la sécurité du pays avant toute considération. Pour rappel, lundi 15 avril dernier, l’avocat et défenseur des droits de l’homme a été empêché d’accéder à l’Université Saâd Dahleb à Blida.
Lamia Boufassa