el-guerguerat

El Guerguerat : L’UA préoccupée  finit par réagir 

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat a   finalement exprimé, hier, sa « profonde préoccupation » suite à la détérioration de la situation au Sahara occidental, notamment dans la zone d’El-Guerguerat où l’armée marocaine a mené vendredi une agression contre des civils sahraouis. « Moussa Faki Mahamat exprime sa profonde préoccupation suite à la détérioration de la situation au Sahara occidental, notamment dans la zone d’El-Guerguerat, et des menaces graves de rupture du cessez-le-feu en vigueur depuis 1991″, signé entre les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc sous la supervision des Nations unies, indique l’UA dans un communiqué. M.Faki a salué, dans le texte, « les efforts du secrétaire général des Nations unies et des pays de la région pour encourager vivement les parties à s’abstenir de tout changement du statu quo et de revenir dans les meilleurs délais à la table de négociation », réaffirmant la disponibilité de l’UA pour soutenir activement les efforts de l’ONU pour une solution politique juste et acceptable par les parties de ce conflit. À cette fin, ajoute le communiqué, le président de la Commission de l’UA « souhaite que le SG de l’ONU accélère le processus de désignation de son représentant personnel » au Sahara occidental, poste vacant depuis la démission de l’ancien président allemand Horst Köhler. Vendredi, aux premières heures de l’aube, le Maroc a mené une agression militaire dans la zone tampon d’El-Guerguerat en procédant à l’ouverture de trois nouvelles brèches illégales en violation de l’accord de cessez-le-feu.
L’ONU qui se dit préoccupée par les conséquences que pourraient avoir les derniers développements au Sahara occidental à la suite de l’agression militaire marocaine à El Guerguerat, affirme que la Mission pour l’Organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) est « résolue » à mettre en œuvre son mandat. Le SG de l’ONU  a aussi admis qu’il  a échoué à maintenir le statu quo, alors qu’il est censé pousser à une solution politique garantissant le droit à l’autodétermination  du peuple sahraoui à travers le référendum, la mission première de la MINURSO. Selon des informations concordantes le président  Ghali a décidé de mettre fin au cessez-le-feu et aurait demandé à la MINURSO de quitter le territoire de la RASD. D’autre part et selon des sites électroniques sahraouis, hier, l’ALPS  continuait à pilonner les positions marocaines.
M. Bendib