15.9 C
Alger
2 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
RÉGIONS

Éducation à Chlef : les cours de soutien de plus en plus sollicités

Si jadis, les élèves des trois cycles primaire, moyen et secondaire) se contentaient uniquement des cours dispensés par les établissements scolaires publics, tout en obtenant des résultats satisfaisants ,aujourd’hui il en est autrement ou de plus en plus de parents d’élèves consacrent une partie de leurs revenus et de leur temps pour améliorer le savoir de leur progéniture. Alors que les compos du second trimestre pointent à l’horizon et à l’issue desquelles les élèves prendront leurs vacances, les enseignants qui donnent des cours à domicile sont de plus en plus sollicités notamment ceux qui ont la cote de part leur ancienneté et surtout de leur notoriété. Il faut dire qu’il n’est pas toujours facile pour les parents d’élèves de « dénicher » le bon prof et là « le bouche à oreille fonctionne merveilleusement bien». À la question de savoir si réellement ces cours à domicile sont souhaitables voire indispensables, un responsable de la direction de l’éducation de Chlef dira « bien entendu chaque cours dispensé à l’élève en dehors de l’école pourrait être considéré comme un plus pour l’élève sans pour autant qu’il soit obligatoire car le programme tel conçu aujourd’hui et dispensé dans les établissement publics suffit amplement à accumuler le savoir et permettre par conséquent à obtenir des résultats satisfaisants».Quant aux parents d’élèves, toujours soucieux des résultats, ils sont convaincus que la réussite passe obligatoirement par ces fameux cours dispensés à domicile ou dans des endroits non appropriés .Pour cela un simple garage, un tableau et quelques chaises et tables peuvent faire l’affaire. Quant aux tarifs appliqués, bon nombre de parents d’élèves ne semblent ne pas être tellement préoccupés pourvu, diront-ils, que leurs enfants accèdent aux connaissances indispensables pour leur réussite. Cependant, si certains enseignants ne « reçoivent » qu’un nombre limité d’élèves, et par conséquent arrivent plus facilement à leur inculquer le savoir, d’autres par contre n’hésitent pas à entasser dans le minuscule garage de 20 m2 plus d’une cinquantaine d’apprenants . À raison de 2 000 dinars par mois et par élève pour un total de huit heures de cours dispensés, un prof peut facilement gagner jusqu’à 10 millions de centimes/mois en sus de son salaire dans la Fonction publique. Certains enseignants pour augmenter leurs revenus reçoivent chez eux plus de 200 élèves (tous paliers confondus) répartis en quatre groupes de cinquante élèves chacun. C’est le cas d’un prof de physique habitant un quartier de la ville de Chlef que tout le monde tente de recourir à ses services.
Son revenu mensuel hors salaire officiel est d’environ 20 millions de centimes pour un volume horaire de travail de l’ordre de 32 heures. Il faut dire que devant une demande de plus en plus forte et des revenus astronomiques engendrés par ces cours, beaucoup de profs sont tentés par l’aventure et les incitent à s’engager dans cette voie. Toutefois, certains enseignants excellent dans l’art d’arnaquer les pauvres parents d’élèves en donnant les meilleures notes à ceux qui suivent des cours chez eux pour leur faire croire de l’indispensabilité de tels cours. Cependant, pour la direction de l’éducation de Chlef : « les cours de soutien sont une activité lucrative «illégale» qui n’aide pas à l’amélioration du rendement scolaire des élèves et que le recours à ces deniers par faut-il le reconnaître, des parents de plus en plus désemparés qui croient dur comme fer que le succès de leur progéniture dépend des leçons données à domicile et qu’importe dans quelles conditions ».Une association de parents élèves d’un lycée de Chlef a saisi récemment les pouvoirs publics sur la nécessité d’encadrer ce genre d’activité afin que le fait de dispenser des cours à domicile, un phénomène très en vogue, soit accompagné de mesures adéquates pour l’accomplissement de ce travail. Pour cela, l’association préconise une bonne préparation pour la réussite du partenariat entre le professeur, les parents et l’élève suivi. De même, il est important que sur le plan comportemental le prof doit veiller à être irréprochable et doit adopter un code certain de bonne conduite.
Le cas assez récent d’un prof de lycée actuellement en prison purgeant une peine de 5 ans après avoir agresser sexuellement l’une de ses élèves dans son domicile, donne froid au dos notamment aux parents de filles. Tandis que sur le plan technique et organisation, le prof doit être dans l’obligation de prodiguer d’une manière satisfaisante les cours et dans des conditions d’apprentissage optimales de sécurité tout en se référant au programme scolaire établi par l’État.
Bencherki Otsmane

Related posts

Université d’été de la FAC à Béjaïa : Les risques des additifs alimentaires sur la santé abordés

courrier

Formation professionnelle à Tlemcen : Neuf nouvelles spécialités lors de la rentrée de février

courrier

Skikda : La cité Mayssoun croule sous les déchets

courrier

Blida : des actions pour restituer le nom perdu de la « Ville des Roses »

courrier

Énergies renouvelables : Le 4e séminaire international se tiendra les 24 et 25 octobre à Ghardaïa

courrier

Tlemcen : Raccordement de plus de 1 000 foyers au réseau de gaz naturel à Maghnia

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.