stockage des céréales

D’une capacité d’un demi-million de qx : Mise en service d’un centre régional de stockage des céréales à Tipasa

Le secteur agricole de la wilaya de Tipasa a été renforcé, mardi, par un centre régional de stockage des céréales, réalisé à Ahmer-El-Ain, pour une capacité d’emmagasinage d’un demi-million de qx de céréales.

Cette structure stratégique, mise en service par le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Chérif Omari, en compagnie du wali Mohamed Bouchama, est d’une «contribution certaine dans le renforcement des capacités de stockage du pays, estimées à 30 millions de qx», a-t-on indiqué sur place. Dans sa déclaration à l’occasion, le ministre a qualifié la structure d’ «acquis d’importance stratégique», devant «nous permettre de gérer le stock de céréales en toute tranquillité», a-t-il dit, «tout en réduisant les importations suivant le plan gouvernemental visant le renforcement des capacités de production, le soutien de la production nationale et la réduction de la dépendance aux importations de céréales». «Nous œuvrons actuellement à renforcer la production de blé tendre enregistrant une instabilité sur les marchés mondiaux», a ajouté M. Omari, signalant que l’Algérie a «enregistré une autosuffisance en matière de blé dur et d’orge, dont le stock disponible peut couvrir nos besoins jusqu’à fin 2021», a-t-il assuré. Le ministre a fait part, à ce propos, de «prévisions d’exportation du blé dur, durant les prochains années, si cette tendance est maintenue», a-t-il estimé.
La «réalisation de ce centre régional de collecte de céréales est inscrite au titre d’un programme national ayant permis la réalisation de neuf centres similaires à l’échelle nationale, d’une capacité d’accueil globale de 3,5 millions de qx de céréales», a souligné M. Omari. Il a signalé, en outre, le lancement de la réalisation de 14 centres de stockage de céréales, au titre des mesures décidées dernièrement par le gouvernement au sujet de la levée de gel sur 30 projets de ce type. Les 16 autres projets restants sont en cours d’études «au cas par cas», a-t-il ajouté, assurant qu’ils seront repartis sur nombre de régions du pays, notamment les hauts plateaux et le sud, «dans les prochains jours». Sur un autre plan, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a abordé l’aspect technique lié à l’amélioration du rendement, qu’il a qualifié d’ «important et stratégique», et ce en adoptant, a-t-il dit des «moyens de travail modernes, conjugués à une formation et un encadrement susceptibles de permettre aux agriculteurs de maitriser les techniques de multiplication du rendement, en le portant de 30 qx/ha à 50 qx/ha», est-il escompté. M. Omari a donné, à l’occasion, le coup d’envoi d’une campagne de boisement du périmètre et de l’intérieur de la station de traitement des eaux de Bou Ismail, avant de prendre part à une journée d’études sur la lutte contre la migration illégale .