Mouad Bouchareb

DÉSIGNÉ, HIER, CANDIDAT UNIQUE DU FLN, RND, TAJ, MPA ET LES INDÉPENDANTS À LA SUCCESSION DE SAïD BOUHADJA : La majorité parlementaire votera pour Mouad Bouchareb

L’Assemblée populaire nationale (APN) aura un président issu du FLN à l’issue de la plénière d’aujourd’hui. Mouad Bouchareb, député FLN de Sétif et actuel président de son groupe parlementaire, a été désigné, hier, candidat officiel du FLN à la présidence de la chambre basse du Parlement.

Il a reçu le quitus de la majorité parlementaire pour devenir le président du Palais «Zighoud Youcef». C’est-à-dire, Bouchareb ne devrait pas être inquiéter de son sort, car il est aussi plébiscité par les groupes de l’allégeance (RND, MPA, TAJ et Indépendants). Il remplacerait ainsi Saïd Bouhadja, dont le texte de retrait de confiance sera soumis au vote aujourd’hui juste avant le plébiscite fort attendu du candidat à la succession.
Selon des sources bien informées et très au fait au niveau du Parlement national, les députés des groupes majoritaires ont tranché, lors de leur conclave, tenu hier sous la présidence du FLN, sur le prochain président de l’APN : le député de Sétif Mouad Bouchareb serait donc le nouveau locataire de l’Assemblée nationale pour les quatre années restantes du mandat législatif entamé en mai 2017.
La majorité devrait ainsi mettre une fin «à la cavale» de Saïd Bouhadja, qui refuse de quitter son poste par soumettre une démission, telle que revendiquée par la majorité parlementaire.
Fin de suspens, tentons-nous de dire, puisque la majorité votera également le texte de retrait de confiance à Bouhadja pour « incapacité avérée à continuer à gérer les affaires de l’Assemblée », référence faite par la majorité à l’article numéro 10 du règlement intérieur. Considérant ce motif comme « non applicable et irrecevable » sur Bouhadja, les députés de l’opposition ont déjà annoncé le boycott de la plénière d’aujourd’hui en signe de contestation à «un coup de force imposé par la majorité».
Selon des indiscrétions, le nom de Bouchareb circulait déjà depuis jeudi dernier, date de validation de la Commission des affaires juridiques sur la décision du bureau de l’Assemblée portant retrait de confiance à l’actuel président Bouhadja. Il faisait partie des plus proches de Bouhadja avant de lancer une rébellion contre lui.
Le nom de l’ancien ministre des Finances, Mohamed Djellab, également issu des rangs du FLN, a été aussi pressenti pour occuper le poste de président de l’APN, mais «son manque d’expérience» à l’institution législative a joué en sa défaveur.
Dimanche dernier, le bureau de l’Assemblée à décidé la levée de gel sur ses activités et a commencé par déposer le PLF 2019 au niveau de la Commission des finances, et ce après trois semaines de blocage.
Ladite Commission dispose jusqu’à 29 octobre en cours comme délai légal pour débattre ce texte de loi avant de le transférer au Conseil de la nation pour modération.
Hamid Mecheri