Bachi

Des changements profonds attendus dans les hautes sphères du club : Vers l’intronisation de Bachi à la tête du MCA

Dans la foulée des changements que compte opérer Sonatrach dans les commandes des Vert et Rouge, on apprend que l’ancien capitaine de la légendaire équipe championne d’Afrique en 1976, en l’occurrence, Zoubir Bachi, a de fortes chances pour succéder à Mohamed Hireche, en tête du Conseil d’administration du vieux club de la capitale. Selon nos informations, la proposition a été bel et bien faite à Bachi qui ne serait pas contre cette idée. Il devra ainsi prendre la place de Hireche qui ne fait que de la figuration au poste de président du Conseil d’administration après avoir été délesté de toutes ses prérogatives depuis plusieurs mois, soit depuis qu’il avait engagé un bras de fer avec Kaci Saïd. A Sonatrach, on veut confier les rênes du club à l’une de ses figures emblématiques, une manière de rectifier le tir après avoir été très critiqué en raison de la marginalisation des enfants du Mouloudia. Ce fut d’ailleurs la principale accusation que lui a faite l’ancien président du Doyen, Abdelkader Drif, qui n’a cessé, ces derniers temps, de déplorer le comportement des responsables de Sonatrach envers les enfants du Mouloudia, alors qu’ils auraient dû, selon lui, leur demander au moins des conseils pour éviter la situation actuelle dans laquelle se débat la formation de Bab El Oued qui a raté tous ses objectifs cette saison. C’est dans ce registre qu’un autre ancien joueur vient d’être sollicité pour faire son retour aux affaires du club. Il s’agit d’Abdelouahab Zenir qui a reçu une proposition pour occuper le poste de manager général. Mais l’intéressé souhaite avoir d’abord des garanties pour bénéficier d’une carte blanche avant de s’engager dans sa nouvelle mission. Raison pour laquelle d’ailleurs il a demandé à rencontrer le premier responsable de la firme pétrolière, Ould Kaddour. «J’étais séduit par le projet que l’on m’a présenté, et qui traduit une réelle volonté de Sonatrach de professionnaliser le Doyen et surtout le booster pour retrouver son lustre d’antan, sauf qu’il subsiste encore des zones d’ombre que je souhaite qu’elles soient dissipées.
Cela passe par une entrevue que je souhaite avoir avec le premier responsable de Sonatrach. Ce n’est qu’après cette entrevue que je vais trancher sur l’offre que vient de me faire Kaci Saïd», confie Zenir.
H. S.