Sidi Said

DéPART DE SIDI SAÏD ET RÉAPPROPRIATION DE L’UGTA : Les travailleurs maintiennent la mobilisation

Après les deux grands rassemblements organisés le 17 avril et le 1e mai derniers, les travailleurs maintiennent leur mobilisation pour la réappropriation de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Outre, des rassemblements au niveau des 48 wilayas prévus le mercredi 22 mai prochain, les travailleurs de plusieurs secteurs comptent tenir un autre rassemblement national le 12 juin devant la Centrale syndicale.
Lors d’une rencontre, organisée mercredi dernier, au siège de l’union locale à Rouiba, ayant regroupé des représentants de plusieurs unions de wilayas, de la Fédération des travailleurs de la mécanique (FNTMMEE), des membres de la commission exécutive nationale (CEN) ainsi que des militants syndicalistes, les signataires de l’appel pour la réappropriation de l’UGTA et pour la tenue d’un congrès national extraordinaire avant la fin de l’année ont, en effet, arrêté un programme d’actions à mener prochainement.
Ainsi, tout en appelant les syndicalistes et les travailleurs à maintenir et à renforcer la mobilisation jusqu’à la réalisation de l’objectif de rendre l’UGTA aux travailleurs, les signataires de la déclaration ont appelé à l’organisation de rassemblements, au niveau de chaque wilaya, le mercredi 22 mai 2019 à partir de 10h «pour dire non au congrès préfabriqué du 20 juin et exiger le départ des membres du Secrétariat national avec, à leur tête, le secrétaire général ainsi que de tous ceux qui les soutiennent », et exiger, notamment, la restitution de l’UGTA aux travailleurs à travers l’organisation, d’ici la fin de l’année d’un congrès national extraordinaire où tous les participants doivent être mandatés par les travailleurs.
Le même collectif a également appelé à l’organisation, le mercredi 12 juin à 9h, devant le siège de l’UGTA à Alger, d’un Rassemblement national des syndicalistes et des travailleurs autour des mêmes mots d’ordre, cités ci-dessus. Dans le même contexte, il a été décidé de lancer, auprès des travailleurs ainsi qu’à travers internet, une pétition nationale pour la collecte d’un million de signatures, ainsi que la tenue d’une réunion, avant la date du 22 mai 2019, regroupant les membres de la CEN « qui se démarquent de la ligne anti-travailleurs de la centrale et des cadres de l’UGTA victimes de marginalisation en vue de l’installation d’un Comité national souverain de réappropriation de l’UGTA par les travailleurs (CNRUT)». «Ce comité sera compétent pour programmer et préparer le Congrès national extraordinaire de l’UGTA avant la fin de l’année », a précisé la même source.
Par ailleurs, le collectif s’est félicité de la réussite des deux rassemblements organisés le 17 avril et le 01 mai, accompagnés par des actions des travailleurs tenues simultanément dans la majorité des wilayas du pays.   Selon les contestataires, cette mobilisation « sans précèdent » dans l’histoire de l’UGTA a définitivement disqualifié le secrétariat national, à sa tête le secrétaire général, «qui ne peuvent en aucun cas continuer à parler au nom des travailleurs et de l’UGTA, mais qui, malgré cela,  a multiplié les décisions illégales et anti statutaires ». Les signataires de l’appel pour la réappropriation de l’UGTA par les travailleurs ont, d’autre part, condamné l’agression physique de la part de baltagias « à la solde de la Centrale», de la secrétaire générale de l’union de wilaya de Tlemcen, Souad Baroudi, qui est signataire de cet appel. Cette agression, indique la même source, s’est soldée par son hospitalisation, la blessure de son époux, la destruction de matériel et le vol de documents.
Le collectif a aussi déploré l’interdiction, par les forces de sécurité, aux syndicalistes présents aux rassemblements pacifiques du 17 avril et du 01 mai 2019, d’accéder à l’esplanade de l’UGTA, propriété des travailleurs et a appelé, d’emblée, à la protection du droit aux travailleurs de manifester pacifiquement et le droit d’exiger que leur soit restituée l’UGTA.
Ania Nait Chalal