tri sélectif

Déchets ménagers : Les collectivités locales de Tizi Ouzou tenues de procéder au tri sélectif

La législation nationale fait obligation aux collectivités locales de procéder au tri sélectif dans la gestion des déchets ménagers, a indiqué Nabila Siad-Hamedi, enseignante à l’Université Mouloud Mammeri (UMMTO) au cours d’une rencontre organisée, mardi à Tizi-Ouzou, à l’initiative de l’association Arc-en-ciel et placée sous le thème «Tous ensemble, émancipons le changement».

«La loi 01/19 du 12 décembre 2001 fait obligation aux collectivités locales de procéder au tri sélectif des déchets ménagers et de prendre en charge cette opération», a souligné l’universitaire qui s’exprimait lors d’une journée sur la protection de l’environnement tenue au niveau de l’hémicycle Rabah Aïssat de l’Assemblée populaire de wilaya (APW). Cette loi, adoptée spécifiquement pour encadrer la gestion des déchets ménagers, enjoint aux collectivités, dans son article 02, de «prendre en charge le tri, la prévention et la réduction de la production et de la nocivité des déchets à la source, l’organisation du tri, de la collecte, du transport, la valorisation et le traitement écologique des déchets». Le tri sélectif, a-t-elle estimé, constitue «la seule solution durable qui ne nécessite pas beaucoup de moyens ou de financement et qui est à même de pallier les limites de la politique des centres d’enfouissement technique» engagée dans le cadre du programme national de gestion des déchets ménagers (PROGDEM) lancés en 2009 et mise en place, suite à la décision de la fermeture des décharges sauvages. L’Algérie, qui est signataire de toutes les conventions internationales en matière de protection de l’environnement depuis la conférence de Stockholm en 1972, en passant par la convention de Bâle en 1989 et la conférence de Rio de Janeiro en 1992, «dispose d’un cadre juridique des plus élaborés et intéressant en matière de gestion des déchets», a souligné, par ailleurs, Mme Siad-Hamedi. La première loi sur la protection de l’environnement et du développement durable a été adoptée en 1983 et englobait tous les secteurs de l’environnement à l’exemple de l’eau et du littoral, la pollution, la gestion des déchets, renforcée plus tard par les lois 01/19 du 12 décembre 2001 et la loi 03/10 du 19 juillet 2003. Organisée à l’initiative de l’association Arc-en-ciel et placée sous le thème «Tous ensemble, émancipons le changement», plusieurs thématiques associées ont été abordées lors de cette rencontre, à l’exemple des dangers sanitaires de l’environnement et du développement durable, en présence de plusieurs investisseurs et responsables, d’élus et de représentants de la société civile.