Contantine, capitale 2015 de la culture arabe : la palestine à l’honneur

«Les tentatives israéliennes de déculturation du peuple palestinien et de judaïsation de la ville d’El Qods sont vaines», a affirmé l’écrivain palestinien Djamil Al Salhout dans une conférence qu’il a animée, mardi au palais de la culture Mohamed-Laïd Al-Khalifa de Constantine. Dans sa communication portant sur l’état des lieux de la culture dans la ville d’El Qods, présentée dans le cadre du programme de la semaine culturelle de Palestine organisée au titre de la manifestation « Constantine, capitale 2015 de la culture arabe », M. Al Salhout a souligné que le peuple palestinien est « plus que jamais déterminé à préserver son identité et à remporter la bataille de la culture ». L’écrivain a ajouté, dans ce contexte, qu’en dépit de « 6.000 ordres militaires israéliens interdisant l’introduction de livres dans le territoire palestinien », son peuple « perpétue son histoire et ne cesse d’encourager les initiatives et la créativité ». L’écrivain palestinien a souligné que des conférences culturelles, sociales et scientifiques sont animées périodiquement par des écrivains et des universitaires au théâtre national palestinien Hakaouati pour évoquer divers thèmes et mettre en valeur El Qods, « ville de la pluralité des héritages et des cultures ». Le conférencier, après avoir fait part d’un projet de création d’un musée palestinien à El Qods, a également évoqué la tenue hebdomadaire, depuis 1999, d’une conférence intitulée « Le septième jour » pour débattre, autour d’une table, de récits, de livres ou de romans de publication récente, ou de pièces théâtrales. Soulignant les efforts inlassables consentis pour préserver l’identité du peuple palestinien, le conférencier a cité « la chaîne humaine palestinienne créée autour du mur de séparation et de colonisation qui entoure El Qods », où, a-t-il soutenu, des jeunes et moins jeunes sont invités à « raconter la ville arabe, la cité, l’aube des civilisations, le centre culturel, spirituel et politique, du peuple palestinien ».L’écrivain a ajouté, au sujet du processus de « judaïsation et d’étouffement de la ville Sainte », qu’actuellement 34 000 habitations palestiniennes existent à El Qods, contre 74 000 habitations israéliennes. Un écart qui s’explique, selon lui, par les « conditions draconiennes » auxquelles sont soumis les Palestiniens désireux de construire des habitations. Puisant dans les statistiques, M. Djamil Al Salhout a souligné « le vol planifié des terres appartenant au Maqdiss et leur confiscation au profit des projets de colonisation ». Il a souligné, à ce propos, qu’en trois mois, en 2013, pas moins de 1 680 autorisations de construction dans des régions arabes ont été délivrées à des Israéliens contre six (6) autorisations pour les Palestiniens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>