Conclusion d’accords entre industriels auto et sous-traitants Les orientations du gouvernement à la dictée

Les Journées techniques, consacrées à la sous-traitance automobile, clôturées mardi à Alger, ont donné lieu à des accords sous forme de conventions signées entre des opérateurs dans l’industrie automobile et des sous-traitants dans le domaine. Autrement, un passage au concret sachant que le gouvernement cherche à accompagner l’industrie de montage par la mise en place d’un réseau de sous-traitants.
Ces conventions ont été paraphées entre des constructeurs, d’une part, et des sociétés de sous-traitance, des centres de recherche ainsi que l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej) et la Caisse nationale d’assurance chômage (Cnac), en présence des ministres, respectivement, de l’Industrie et des Mines Youcef Yousfi, et du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali. Il s’agit donc de garantir un accompagnement efficace et durable des microentreprises qui graviteront autour de ces usines de montage automobile afin d’apporter l’encadrement et l’accompagnement pour l’homologation, la formation mais aussi la fourniture de systèmes d’informations et d’organisation capables de mieux asseoir ces PME sur une base solide, capable de soutenir l’effort de l’émergence d’une authentique filière de sous-traitance et, du coup, d’une vraie industrie automobile en Algérie. Cette démarche s’inscrit dans l’optique d’augmenter le taux d’intégration et de renforcer la sous-traitance locale en créant un tissu industriel solide et professionnel produisant des pièces et accessoires garantissant la qualité ainsi que le prix aux standards internationaux, exigés par l’industrie automobile. Une convention signée entre le groupe public de mécanique (AGM) et l’entreprise de l’électrochimie, et entre AGM et Naftal pour la fourniture des huiles. Deux autres conventions ont été paraphées entre BAIC Algérie et, respectivement, le représentant du BAIC international COLTV (constructeur chinois de véhicules utilitaires) pour la fourniture de pièces de faisceaux électriques et accessoires automobiles, et le Groupe public Elec-Eldjazair pour la création d’une usine de fabrication des pièces de rechange. De son côté, Global Groupe Algérie a signé une convention avec la société asiatique Donghaeng. Ce Groupe a aussi signé une convention avec l’Ansej et la Cnac pour l’accompagnement dans le domaine de la sous-traitance en Algérie, dont notamment la création de micro-entreprises dans le domaine de la sous-traitance. Pour sa part, le constructeur Ival a signé une convention avec l’entreprise Hiolle Industrie Algérie. Le Groupe Ival à également signé une convention avec l’Eurl Algérie frigo-car pour la fourniture d’équipements et de carrosseries industrielles. Deux autres conventions ont été signées entre la société Man Algérie et, respectivement, la société ZF Algérie et la société Nova trailer pour la fourniture de boîtes à vitesse. Aussi, Renault a signé une convention avec Sealynx Automotive Algérie pour la fourniture de réservoirs et carrosseries industrielles. Concernant la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), trois conventions ont été signées. La première a été paraphée avec le Centre de développement des technologies avancées portant sur un accord de processus de développement d’intégration locale. La deuxième convention a été signée avec la société de sous-traitance Sage FOS pour la coopération dans le domaine scientifique et numérisation. Quant à la troisième convention, elle a été signée avec la société européenne Fraguelle Nitra S.R.O pour la création d’une société mixte spécialisée dans la fabrication des pièces de rechange. Le groupe Tahkout a aussi signé une convention avec la société asiatique Toussant Glob corporation pour la création d’une unité de fabrication de pièces de rechange. La société Suzuki, appartenant aussi au groupe Tahkout, a signé une convention avec la société SPA Pec pour la création d’une usine similaire. À ce propos, Zemali a avancé qu’à travers la convention signée avec l’Ansej, la concrétisation de ces conventions va permettre la création de 17 000 emplois et la création de 1 000 micro-entreprises dans le domaine de la sous-traitance.
Mohamed Wali