EUCOCO

CLÔTURE DE LA 46e CONFÉRENCE DE L’EUCOCO À BERLIN : Soutien mondial sans précédent pour le peuple sahraoui

Sous le slogan «Autodétermination pour l’indépendance du Sahara occidental», la 46ème conférence de la Coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO), qui a débuté vendredi et qui s’est clôturée hier, à Berlin, a été l’occasion pour les participants de dénoncer le sinistre plan d’autonomie proposé par le Maroc, et pour réaffirmer que l’indépendance du Sahara occidental passera indéniablement par la garantie à son peuple de jouir de son droit ultime à l’autodétermination.

Un colloque qui a permis de relancer et d’élargir le mouvement de solidarité en Europe avec la question sahraouie, ainsi que l’élaboration d’un plan d’action et de suivi du plan 2023. Avec la participation d’environ 250 personnes, dont des membres gouvernementaux, des observateurs et des organisations nationales et internationales, ce rendez-vous a vu la présence significative de pays nordiques, comme la Suède, la Finlande, la Norvège et la Grande-Bretagne, ainsi que celle de l’icône de la lutte pour sur l’indépendance du Timor oriental, Kay Rala Xanana Gusmão, en qualité d’invité d’honneur. Concernant la participation algérienne, outre le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), une délégation de l’Assemblée populaire nationale a participé à cette rencontre, l’occasion pour cette dernière de transmettre « un message de solidarité avec le peuple sahraoui des deux chambres du Parlement ». En marge de cette conférence, les participants ont dénoncé le macabre plan d’autonomie proposé par le Maroc, qui n’est en fait qu’un plan d’annexion. D’autre part, les participants ont renouvelé leur soutien au peuple sahraoui afin de contribuer à la promotion de la paix dans le monde. Au cours de ces deux jours de travail, les intervenants ont abordé plusieurs sujets, dont la situation des droits de l’Homme au Sahara occidental occupé, la souveraineté du peuple sahraoui, les ressources naturelles de son pays et le renforcement de son État. Soulignons, entre autres, que L’ EUCOCO s’est tenue sans interruption depuis 1975, l’année du début du conflit, entre le Front Polisario et le Maroc, suite à l’invasion de l’armée  du royaume marocain des territoires du Sahara occidental. L’EUCOCO est  l’événement annuel le plus important du Mouvement européen de solidarité avec le peuple sahraoui dans sa lutte de libération.

Bechraya Hamoudi Bayoun (PM de la RASD) : « La légitimité internationale avortée à cause du Maroc et de ses alliés »
Membre du secrétariat national, le Premier ministre de la RASD, Bouchraya Hammoudi Bayoun, a affirmé que « le droit du peuple sahraoui à poursuivre la lutte armée, est le seul moyen de mettre fin à l’occupation marocaine illégale ». Dans le même contexte, l’ex-ambassadeur en Espagne et en Algérie a averti que « la situation actuelle au Sahara occidental et la position de certains pays influents ne fera qu’aggraver les tensions dans la région », et a dénoncé « les manœuvres répétées entreprises par le Maroc et ses alliés pour faire avorter toute solution en vue de mettre en œuvre la légitimité internationale, et tous les efforts de la communauté internationale visant à trouver une solution pacifique et juste sont tombés dans l’oreille d’un sourd », a déclaré le diplomate sahraoui, ajoutant que le comportement de certains pays comme la France et l’Espagne constituait une base de non-respect du droit international ». En ce qui concerne le rôle du gouvernement espagnol, Bayoun a indiqué que « l’État légalement responsable » n’a ménagé aucun effort pour soutenir l’occupation marocaine illégale du Sahara occidental, ignorant les déclarations des représentants au parlement espagnol, le droit international et une large solidarité avec le peuple sahraoui. D’autre part, le Premier ministre a affirmé que « l’adhésion du peuple sahraoui à la paix ne l’empêchera pas d’utiliser tous les moyens légitimes pour achever le processus de libération nationale ». Pour sa part, le membre du secrétariat national du Front Polisario, chargé de l’Europe et de l’Union européenne, Abi Bouchraya Bachir, a confirmé dans une déclaration à la presse,  que cette conférence « permettra de réaffirmer la volonté des Sahraouis d’exercer leur droit à l’autodétermination au nom de l’indépendance du Sahara occidental et non pour l’autonomie ».

Pierre Gallon (Président de l’EUCOCO) : « L’ONU doit assumer ses responsabilités »
Selon le président de l’EUCOCO, Pierre Gallon, l’organisation de cette année à Berlin est une manière de « rappeler les exigences fondamentales du droit international en faveur du peuple sahraoui qui se bat pour son indépendance ». Rappelons que Mr. Gallon avait annoncé lors de son déplacement en Algérie, en octobre dernier, qu’à Berlin, « l’ONU serait mise devant ses responsabilités », en lui rappelant qu’elle doit assumer ses responsabilités engagées pour la décolonisation du Sahara occidental, en application des principes et des textes de la charte de l’ONU. À Berlin, les participants, notamment européens, dont Espagnols et Français, exigeront aux membres de l’UE, le respect des décisions rendues de la Cour européenne de justice, interdisant tout accord de coopération avec le Maroc, incluant le Sahara occidental car en violation de la législation européenne, internationale et africaine.

Saïd Ayachi (Président du CNASPS): « Des sauvageries marocaines sous le regard et le silence de la communauté internationale »
Dénonçant à Berlin le mutisme de la communauté internationale devant cette violation marocaine des droits de l’Homme, le président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), Saïd Ayachi, a d’emblée interpellé l’ONU à remplir « sans délai ses engagements qu’elle a pris en septembre 1991 », se demandant « jusqu’à quand les Sahraouis vont-ils attendre pour l’organisation du référendum d’autodétermination », et pourquoi l’on reste encore « impuissants aux violations quotidiennes et sauvages du Maroc qui agit dans une totale impunité », pointant du doigt « la spoliation éhontée des richesses naturelles sahraouies par l’occupant marocain ». Dans son discours, Ayachi a rappelé que « Depuis 47 ans maintenant, le Maroc occupe illégalement le territoire du  Sahara occidental, et depuis 47 ans le Maroc réprime les Sahraouis chez  eux. Le Maroc arrête, emprisonne et torture les Sahraouis chez eux. Le Maroc pille les richesses sahraouies. Tout cela sous le regard et le silence de la communauté internationale, sans aucun rappel à l’ordre, sans aucune condamnation, sans aucune sanction de l’occupant marocain », a-t-il dénoncé, en enchaînant quant aux atrocités perpétrées contre le peuple sahraoui : « Le Maroc mène aujourd’hui une guerre atroce contre les Sahraouis au Sahara occidental ». L’intervenant algérien a également rappelé que les « Sahraouis ont accepté d’arrêter le combat militaire, comme l’avait exigé l’ONU, mais que cette dernière n’avait pas tenu « ses engagements d’organiser un référendum d’autodétermination ».

La prochaine session de l’EUCOCO en Algérie
Selon le communiqué final de la réunion parlementaire tenue en marge des travaux de la 46e Conférence de l’EUCOCO, les participants ont convenu d’appuyer et de renforcer le réseau parlementaire international de soutien au Sahara occidental et d’organiser la prochaine réunion en Algérie, en considération de « son soutien permanent au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à la protection des réfugiés ». Par ailleurs, les parlementaires présents à cette réunion ont appelé les Nations unies à « assumer leurs responsabilités et à procéder, sans plus tarder, au règlement du conflit au Sahara occidental en organisant le référendum sur l’autodétermination longtemps attendu et en permettant au peuple sahraoui d’exercer librement son droit à l’autodétermination », en dénonçant « la nouvelle position du gouvernement espagnol sur la question du Sahara occidental ». Les participants à cette rencontre se sont félicités, d’autre part, des dernières victoires juridiques en faveur de la cause sahraouie au niveau de la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples », appelant les pays de l’UE à « cesser de conclure des accords commerciaux avec l’occupant marocain afin de mettre un terme au pillage des richesses sahraouies, sachant que ces accords sapent les efforts consentis pour l’instauration de la paix et renforcent l’occupation marocaine et par conséquent, font perdurer les souffrances du peuple sahraoui ». Dans leur communiqué final, les participants ont salué « la résistance héroïque » du peuple sahraoui qui lutte pour son droit inaliénable à l’indépendance.
Synthèse Hamid Si Ahmed