Championnat d’Afrique de tennis (U18) : Inès Ibbou sacrée du titre continental

L’Algérienne Inès Ibbou a été sacrée championne d’Afrique « U18″ de tennis, à l’issue de sa victoire (6-4, 6-3) devant l’Egyptienne Sandra Samir, en finale du tournoi, disputée vendredi passé au Caire. L’Algérienne engrange ainsi 120 points grâce à cette performance dans le tableau « simple », et six autres points pour avoir atteint les quarts de finale en double, ce qui devrait lui valoir une belle remontée au classement. Exemptée du 1er tour (dimanche dernier, ndlr), l’Algérienne avait démarré par une belle victoire (6-0, 6-0) contre la Namibienne Lize Elfrida Moolman, avant d’enchaîner (6-3, 6-1) contre la Marocaine Zineb El Houari, puis (6-2, 6-2) en quarts de finale contre la Tunisienne Chiraz Bechri.
En demi-finale, Ibbou s’est montrée tout aussi irrésistible que lors des tours précédents, surclassant la Sud-Africaine Barand Zani (6-0, 6-2).Ibbou (16 ans) est la seule des quatre internationaux algériens engagés dans ce tournoi, abrité du 4 au 11 avril par l’Egypte, à être allée au bout de la compétition. Les trois autres internationaux : Sihem Sahli et Saâdia Belhadj chez les filles, ainsi que Fazil Habbouche chez les garçons, ont été éliminés dès les premiers tours, aussi bien dans la tableau simple qu’en double.

 Intégration dans  une académie sportive en Espagne ?

La joueuse de tennis algérienne Inès Ibbou,  championne d’Afrique U18, pourrait « intégrer prochainement une académie de niveau mondial en Europe, pour progresser et améliorer son niveau » a confié dimanche le Directeur technique national (DTN) Samir Amier. « Le projet est en cours d’étude. S’il se concrétise, Ibbou intégrera une académie sportive, probablement en Espagne, où elle pourra s’installer de manière permanente » a encore précisé le DTN à l’APS. Une décision que la Fédération algérienne de tennis « n’est pas la seule à pouvoir prendre » car Ibbou (16 ans) « est encore mineure », le consentement de ses parents étant indispensable pour rendre possible son établissement en Europe. « Ce choix comporte plusieurs sacrifices, notamment, en ce qui concerne les études et la famille, d’où la difficulté pour les parents de prendre une décision », a encore expliqué Amier.
Ibbou, championne d’Afrique en titre, était encadrée par le coach Zine El Abidine Midoune, avant de passer dernièrement sous la direction de la  Fédération algérienne de tennis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>