CONSEILP3

CAPTER LES INVESTISSEMENTS POUR LES BESOINS DE LA RELANCE ÉCONOMIQUE : Le 19 Mai comme déclic

En convoquant un Conseil des ministres extraordinaire pour le 19 mai prochain à l’effet d’examiner les textes de loi qui fixent les règles de l’investissement et du commerce, ainsi que la relance des projets structurants, le président Tebboune se veut d’une symbolique pour la relance économique.

Ainsi, une réunion spéciale du Conseil des ministres se tiendra le 19 mai prochain, consacrée spécialement à la nouvelle loi sur l’investissement, n’est pas sans rappeler la symbolique de cette date historique de la Révolution nationale (grève des étudiants du 19 mai 1956. Lors de cette réunion, qui s’apparente à un déclic recherché pour la relance économique, il sera question de modifier et compléter la loi du 3 août 2016 relative à la promotion de l’investissement, en renforçant les conditions de transparence et d’attractivité pour les investisseurs locaux et étrangers.

Tout pour capter les investissements !
Le président Abdelmadjid Tebboune a chargé le gouvernement de poursuivre l’enrichissement du projet de loi «au regard de son importance et dans le souci d’assurer sa pérennité», selon le communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres réuni dimanche. L’autre projet de loi, concernant les conditions d’exercice des activités commerciales, qui a été lui aussi examiné en Conseil des ministres, ce dimanche, sera également revu. Le président Tebboune a précisé que «la définition de la liste de produits et marchandises interdits à l’importation a pour objectif de préserver et d’encourager la production nationale, en sus de favoriser la création d’un tissu industriel en mesure de satisfaire les besoins du marché national ». Il a demandé de développer un système de contrôle des importations, notamment en ce qui concerne les produits dédouanés dans la clause tarifaire douanière « divers ». Le souci de rationaliser les importations, dont la facture a tendance à s’alourdir du fait des fluctuations du marché international et de la flambée des prix des matières premières, explique l’impératif d’aller vers l’exploitation des produits locaux dans le développement de la production nationale et la nécessité de créer une banque de données permettant le recensement exact des différents produits locaux en vue de définir nos véritables besoins.
Le Conseil des ministres a examiné le dossier des nouvelles wilayas dont la création vise à mettre fin à la galère des citoyens des régions du sud dans leurs démarches administratives ou pour des questions de santé ou concernant l’éducation, sans parler des loisirs et de la culture. Pour les Algériens qui vivent dans ces nouvelles wilayas et qui ont pendant trop longtemps été défavorisés par rapport à leurs concitoyens des autres régions du pays, le changement attendu devrait se traduire d’abord par la proximité de l’administration mais aussi par l’amélioration dans le transport public, du point de vue de la disponibilité et des tarifs, pour une plus grande mobilité, un meilleur cadre de vie aussi. La priorité en matière de postes d’emploi créés dans ces nouvelles wilayas, sera donnée aux compétences locales. Ce ne sont pas les cadres et universitaires dans différents domaines, qui manquent dans ces régions. Ils ont, en plus, l’avantage de la connaissance des réalités locales et la perception des besoins réels ainsi que des réponses à leur apporter, car ils ont une bonne compréhension des atouts et des aléas des régions enclavées, dans le sud du pays ou ailleurs. Finalement, c’est le développement économique et social de ces wilayas qui s’en ressentira positivement. Concernant la mine de fer de Gara Djebilet, le Conseil des ministres a approuvé le lancement de la première phase du projet qui «représente une source importante de revenus pour le pays et revêt une importance vitale dans l’accélération de la cadence de développement au double plan local et national». La réduction de la dépendance à l’importation des matières premières permettra, en outre, d’investir encore plus dans des projets économiques productifs, seule voie pour la création des richesses et de postes d’emploi. En rapport avec ce projet, la réalisation de la ligne ferroviaire reliant les wilayas de Tindouf et Béchar présente tellement d’avantages que l’on se demande comment elle a pu être différée pendant des dizaines d’années. Autre instruction du président Tebboune, qui traduit l’importance accordée au détail- en apparence insignifiant- dans le processus de relance économique: assainir les assiettes foncières dans le périmètre du complexe d’El-Hadjar des déchets ferreux en vue de les utiliser comme matière première par le complexe et non pas les brader pour les exporter par un opérateur «intéressé» permettant ainsi de créer d’autres industries et activités.
M’hamed Rebah