Box-office US : Hunger Games toujours au top

Un seul dindon à la grande table du box-office de Thanksgiving : Docteur Frankenstein avec Daniel Radcliffe, l’un des pires démarrages de tous les temps.

Lily out, Gwendoline in : Lily Rabe devait jouer Lyme dans le film. Elle a dû quitter le projet suite à un conflit de planning : elle joue en effet au théâtre et n’a pu se désengager. C’est Gwendoline Christie qui vient la remplacer.
Bye bye Bob : En aout 2013, Pixar congédie Bob Peterson prévu à la tête du projet. Le casting voix remanié : Quand le projet a fait parler de lui, un tout autre casting était attaché pour prêter sa voix. De l’original, seule Frances McDormand est restée. A l’origine, Judy Greer, Neil Patrick Harris, Bill Hader, John Lithgow, Lucas Neff et Adam Stedman devaient prêter leurs voix. Le film ayant mis beaucoup de temps à se faire, le casting a été entièrement remanié.
Katniss porte toujours bien haut le flambeau de la révolte, et Hunger Games : La Révolte Partie 2 est toujours numéro un aux Etats-Unis dix jours après sa sortie. Le dernier film de la saga Hunger Games rapporte 51,6 millions de dollars sur ces trois derniers jours (75,8 millions sur les cinq jours du week-end de Thanksgiving) et ses recettes américaines se montent à 198,3 millions. Dans le reste du monde, rien ne semble résister à Jennifer Lawrence puisque Hunger Games 4 a déjà rapporté 242,4 millions. Rapport à son budget de 160 millions, ça revient à imprimer des billets. Et la prochaine sortie qui pourrait inquiéter les résultats au box-office de Katniss est Star Wars : Le Réveil de la Force le 18 décembre, à moins que Au cœur de l’océan avec Chris Hemsworth ne fasse un miracle le 11 décembre. Tout ça n’inquiéte pas trop le studio Lionsgate, qui ne pleure pas non plus trop sur la fin de sa franchise-locomotive puisque les deux derniers volets de Divergente, Allegiant et Ascendant, sortiront en mars 2016 et mars 2017.
Par contre, légère déception chez Pixar. Le Voyage d’Arlo démarre à 39,1 millions sur trois jours, et 55,5 millions sur cinq. C’est un joli score, mais ce n’est que le quatrième meilleur démarrage pour un week-end de Thanskgiving. Pas terrible pour un studio habitué à attirer les familles par charters entiers dans les salles. C’est aussi l’un des pires démarrages de Pixar, juste devant Toy Story qui raflait 29,1 millions pour son premier week-end en 1995. Et Vice Versa, sorti en juin dernier, cartonnait avec 90,4 millions au démarrage. Arlo démarre moins bien qu’En route !, le dernier DreamWorks (52,1 millions en mars dernier), ou que Hôtel Transylvanie 2 de chez Sony (48,4 millions fin septembre). Pourtant, il y a des dinos dans Le Voyage d’Arlo, et les dinos, ça fait vendre.
Ceci dit, le film va sans doute connaître une bonne carrière sur le long terme et va cartonner à l’étranger (il a intérêt, vu son budget de 200 millions) mais est peut-être sorti un poil trop tôt par rapport aux vacances de Noël. C’est d’ailleurs le premier Pixar depuis Les Indestructibles (2004) à sortir en fin d’année alors que les autres sont plutôt du printemps.
Le vrai vainqueur du week-end, c’est lui, dans le coin rouge, pas par KO mais aux points : Creed. Spin-off de Rocky où Balboa (Sylvester Stallone) entraîne le fils d’Apollo Creed ) la boxe, le film est un carton immédiat. 30,1 millions sur trois jours, 42,6 millions sur cinq : Creed a déjà remboursé son budget de 35 millions. Et c’est enfin un hit pour le studio Warner qui n’a jusqu’ici que Magic Mike XXL dans la colonne « succès » de son bilan 2015. L’idée est bonne : faire une suite à la saga Rocky, neuf ans après la sortie du magnifique Rock Balboa, sous un angle radicalement nouveau (c’est un spin-off intelligemment écrit), avec un jeune qui n’en veut à la réal (Ryan Coogler, applaudi à Sundance pour Fruitvale Station) et un héros joué par Michael B. Jordan avec rage, comme s’il voulait faire oublier à coups de poing le flop terrible des 4 Fantastiques de cet été. Et le co-producteur Stallone de se réjouir de ce succès, lui dont la carrière solo aux Etats-Unis semble déjà terminée -voir les flops de Du plomb dans la tête et Expendables 3.
De son côté, 007 Spectre pour son quatrième week-end rapporte 12,8 millions en trois jours pour un total de 176 millions aux Etats-Unis. Et 523,2 millions dans le reste du monde. Au rapport : le 24ème James Bond a donc rapporté 699,2 millions en trente-trois jours d’exploitation mondiale. Que Sony se rassure, 007 Spectre n’atteindra pas le milliard de dollars en fin de carrière mais est un succès. Le deuxième plus gros de la franchise James Bond, même, mais éternel second derrière Skyfall.
Snoopy et les Peanuts résiste en fait plutôt bien au Voyage d’Arlo. 9,7 millions de dollars pour son quatrième week-end face à un nouveau Pixar avec des dinosaures, ça aurait pu être bien pire. Mais avec un total américain de 116,7 millions, le nouveau Snoopy en 3D n’a pas pu décoller par rapport à son budget de 99 millions et reste donc une déception.
Il faut signaler le gros, gros flop de Docteur Frankenstein. Seulement 2,3 millions de dollars dans 2 797 salles en trois jours. Ca fait mal pour James McAvoy et Daniel Radcliffe, les deux héros de cet agréable Frankenstein Begins (que l’auteur de ces lignes aime beaucoup) écrit par Max landis (Chronicle) consacré à la rencontre entre le savant fou et son assistant bossu dans une Angleterre victorienne de penny dreadful. Ca fait plus que mal, ça ne rapporte pas un penny et c’est dreadful : c’est l’un des pires scores pour un film démarrant dans plus de 2 000 salles aux Etats-Unis depuis 1982. 840 dollars par salle. Du même ordre que We Are your Friends, le flop historique de Zac Efron (785 dollars par salle). En janvier dernier, même le gros four Hacker rapportait plus par salle (1 520 dollars précisément). Il est loin le temps béni de Poudlard, vu que les derniers Radcliffe (Horns, Kill your darlings) sont tous passés sous le radar.
Enfin, The Danish Girl se place pour les Oscars en sortant en limited release dans quatre salles. Et rapporte 185 000 dollars, soit 46 250 dollars par salle. Ce n’est pas terrible, en fait. Carol de Todd Haynes avec Cate Blanchett et Ronney Mara rapporte 203 076 dollars dans quatres salles pour son deuxième week-end, soit 50 769 dollars/salle. On verra si le film parvient à transformer l’essai en wide release, mais ça paraît mal parti. Mais le film est surtout là pour obtenir des nominations aux trophées, avec son générique glorieux : Eddi Redmayne (Oscar pour Une merveilleuse histoire du temps) joue le rôle d’un transsexuel dans les années 20 -c’est bien sûr « inspiré d’une histoire vraie »- et Tom Hooper (Oscar pour Le Discours d’un roi) réalise. Le studio Universal (qui distribue le film via sa filiale indie Focus Features) espère quand même que tant d’effort créatif sera récompensé en statuettes à défaut de dollars. De ce côté-là, Universal ferait mieux de concentrer ses efforts sur N.W.A. Straight Outta Compton.