Box-office US : 007 Spectre toujours au top

James Bond passe facilement la barre des 100 millions de dollars, tandis que le reste des films -Snoopy, Angelina Jolie, The 33- ne fait pas de merveilles. 007 Spectre est toujours en tête. Comme c’est surprenant. Le dernier James Bond vient de crever le plafond des 100 millions de dollars. Avec un deuxième week-end à 35,4 millions, 007 Spectre atteint 130,7 millions sur le sol américain en dix jours d’exploitation (rappel : en 2012, Skyfall raflait 160,9 millions en dix jours). Et dans le reste du monde, le 24ème James Bond en est déjà à 413,1 millions. Certains analystes estiment que Spectre doit dépasser les 600 millions à l’échelle mondiale pour être considéré comme un carton pour Sony vu son budget gigantesque (on parle de 245 millions de dollars). Pas de problème pour 600 millions, mais 007 Spectre atteindra-t-il le milliard comme Skyfall ? Pas sûr. On ne veut pas passer notre temps à répéter que Spectre fait moins bien que Skyfall à tous les niveaux (critique, box-office) mais cela pèse forcément dans l’inévitable débat qui survient après la sortie d’un Bond : Sony va-t-il conserver les droits cinéma du personnage ?

En deuxième place comme la semaine dernière, Snoopy et les Peanuts rapportent 24,2 millions ce week-end (une baisse standard de 45%) et en est à 82,4 millions. Rapport à son budget de 99 millions de dollars, ce n’est pas terrible. Les résultats dans le reste du monde seront donc cruciaux pour le nouveau Snoopy, qui n’est sorti que dans treize autres pays pour l’instant pour des recettes de 8 millions (en Chine, notamment, Snoopy a fait un four). Noël est encore loin pour que Charlie Brown et ses potes passent de bonnes fêtes, surtout avec l’arrivée du Voyage d’Arlo de Pixar qui promet de cartonner et d’enterrer les Peanuts au pied du sapin.
En parlant de Noël, Love the Coopers voulait convaincre l’Amérique que Christmas débarquait en avance. Distribué par la division cinéma de CBS (dont le plus gros hit est la comédie Last Vegas en 2013), Love the Coopers est une comédie chorale réalisée par Jessie Nelson (Sam, je suis Sam avec Sean Penn en mode full retard) qui réunit un « énorme » casting (Olivia Wilde, Diane Keaton, John Goodman, Amanda Seyfried, Ed Helms…) qui s’engueule autour de la dinde aux marrons.
Qui a envie d’aller voir une comédie de Noël au conceopt daté plus d’un mois avant les fêtes ? Personne, puisque le film ne rapporte que 8,4 millions. Par rapport à son budget de 17 millions, ce n’est vraiment pas terrible et les Coopers vont vite disparaître du paysage. 6,7 millions de dollars pour Seul sur Mars en son septième week-end. Quelle santé ! C’est bel et bien le plus gros carton mondial et américain de Ridley Scott, et avec un total yankee de 207,4 millions, c’est le sixième plus gros hit US de 2015 pour l’instant, devant Cendrillon de Disney (201,1 millions).
La première déception du week-end, c’est l’échec au démarrage de The 33. L’histoire vraie des 33 mineurs chiliens (dont Antonio Banderas) bloqués sous la terre pendant 69 jours en 2010. Le genre de true story dont Hollywood raffolait à une époque mais qui ne fait plus recette à l’époque où grace aux réseaux sociaux et à Internet ces évenements sont vécus en direct. Foin de sociologie de bas étage, The 33 ne rapporte que 5,8 millions de dollars pour son week-end de démarrage. Même si le film n’a coûté que 26 millions, il n’a rapporté que 12,6 millions dans le reste du monde (dont 4,9 millions au Chili).. Encore une déception pour Warner (qui se contente ici de distribuer le film). Le studio n’a plus que deux cartouches pour 2015 : Creed, le spin-off de Rocky qui sortira mercredi 25 novembre en même temps que Le Voyage d’Arlo et Au cœur de l’océan de Ron Howard le 11 décembre.
Enfin, si l’on peut passer rapidement sur le flop de la nouveauté My All-American (un mélo sur le foot américain dans les années 60 avec Aaron Eckhart), il faut signaler le démarrage de Vue sur mer (By the Sea en VO). Troisième film réalisé par Angelina Jolie où elle tient le premier rôle avec Brad Pitt, Vue sur mer a été distribué en limited release par Universal sur 10 copies. Et c’est la deuxième déception du week-end. Le film gagne 95 440 dollars, soit moins de 10 000 dollars par salles. Fraîchement reçu par la critique américaine qui y voit un vanity project de l’actrice/réalisatrice (qui signe le film « Angelina Jolie Pitt »), Vue sur mer semble parti pour être ignoré du grand public -trop arty, trop intello. On est bien loin de la fantasy Disney de Maléfique, le plus gros hit de la star. Universal, dont le bilan 2015 ne sera pas menacé par cet échec, espère quand même que Vue sur mer gagne quelques nominations aux Oscars. Pour l’effort, pour la gloire, c’est tout ce qui nous reste.