Bouira : Une bande de faux monnayeurs écrouée

Les éléments de la brigade mobile de la police judiciaire relevant de la sûreté de la wilaya de Bouira, en collaboration avec ceux de la sûreté de la daïra de M’chedallah ont réussi à mettre la main sur une bande de faux monnayeurs et faussaires composée de deux personnes, une femme et un homme, indique la cellule de la communication de la même sûreté de wilaya dans un communiqué de presse qui nous a été transmis hier. Selon le document de la police ce merveilleux coup de filet des hommes en bleu a été rendu possible suite aux précieuses informations parvenues à la brigade de la police judiciaire de la sûreté de cette daïra, à une quarantaine de kilomètres à l’est de Bouira, indiquant qu’une jeune fille qui rôde dans la région depuis quelques jours à bord d’une voiture de tourisme de type Kia Picanto coule de faux billets de banque en coupure de 2000 DA ». L’enquête diligentée par les services de la police n’a pas tardé à donner ses fruits.
La jeune faussaire de 26 ans a été arrêtée par les hommes en bleu à l’entrée Est de la commune de Chorfa, à quelques cinq kilomètres à l’est de M’chedallah alors qu’elle roulait à bord de son véhicule. Après une vérification minutieuse de la voiture les éléments de la sécurité ont découvert une importante somme d’argent en faux billets
de 2 000 DA.
Conduite vers les locaux de la sûreté de daïra, la mise en cause n’a pas tardé à décliner l’identité de ses deux complices dont un jeune de la région de M’Chedallah. Les enquêteurs de la PJ n’ont pas tardé à découvrir aussi que le permis de conduire que leur a présenté la jeune faussaires est falsifié. Un fusil de chasse sans numéro de série a été aussi découvert suite à la perquisition de l’une des maisons des trois personnes qui forme cette bande de faux monnayeurs. Les trois mis en cause ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Bouira qui a à son tour ordonné leur mise sous mandat de dépôt en attendant leur présentation devant le doyen des juges de la même structure judiciaire où ils auront à répondre des griefs retenus contre eux et qui sont trafic de billets de banque, falsification de documents officiels, port d’arme sans autorisation et enfin association de malfaiteurs.
Omar Soualah