Taghzout

Bouira : Les partisans du maire ferment le siège de l’APC de Taghzout

Des dizaines de citoyens partisans du président de l’APC de Taghzout, relevant de la daïra de Haïzer au Nord de Bouira, ont procédé hier a la femeture du siège de l’hôtel de ville pour protester contre la décision du wali de Bouira qui a gelé la fonction de leur maire d’obédience FLN, en l’occurrence Messaoud Chaabane-Chaouche.

Les protestataires, qui sont des partisans du maire, affirment que cette décision est «illégale» et exigent sa levée immédiate. Ainsi, ces citoyens en colère jugent que leur APC «fonctionne bien» et que leur président d’APC est «victime d’un règlement de compte» . Nous exigeons du wali de Bouira de revenir sur sa décision de geler notre assemblée», disent certains protestataires, rencontrés sur les lieux. Pour eux, l’actuel P/APC peut gérer à lui seul les affaires de leur commune et se passer des autres élus, qui seraient selon les protestataires des «éléments perturbateurs». Les partisans du maire, en colère, brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «décision illégale du wali» et «mépris de la volonté populaire». Ainsi à Taghzout, où le FLN et le RND sont arrivés ex-aequo en nombre de sièges, (six sièges chacun) et devaient impérativement tisser des alliances pour gouverner et faire «barrage» au RCD, qui s’est adjugé trois sièges. Chose qui n’a pas été faite en huit mois de gouvernance. Le maire d’obédience FLN, avait, à maintes reprises, dénoncé cette situation, en affirmant qu’il s’agissait d’une «affaire strictement tribale», tout en déplorant que les citoyens, soient pris en otage à cause d’un «règlement de compte» entre individus.
Une situation de blocage, qui a conduit au rejet par l’assemblée communale de toutes les décisions prises par le maire. Rappelons que, dimanche dernier, le wali de Bouira, Mustapha Limani, a procédé au gel des APC de Raouraoua et Taghzout, et ce, à cause de la persistance du blocage de ces deux assemblées. Il a en outre désigné les chefs de daïra de Bir Aghbalou et Haïzer, afin de gérer les affaires courantes de ces deux communes. Le premier magistrat de la wilaya, avait tenté, a plusieurs, reprises, de trouver un compromis afin d’aplanir les différends entre les élus de ces deux assemblées, mais en vain.
Il importe de souligner en outre que l’ APC de Kadiria, relevant de la daïra de Lakhdaria risque, dans les prochaines semaines, de connaître le même sort, puisque des élus FLN refusent catégoriquement de travailler avec leur P/APC, d’obédience FLN également.
Omar Soualah