Bouira : Débrayage à l’école primaire « Dahmani Mohand Arezki » d’Ahnif

Après maintes réclamations auprès des responsables de la direction de l’éducation de la wilaya de Bouira pour l’affectation d’un enseignant de la langue française pour les élèves de la troisième et la quatrième année, sans suite, les parents d’élèves de l’ecole primaire Dahmani Mohand Arezki du chef-lieu de la commune d’Ahnif relevant de la daira de M’chedallah à l’est de Bouira ont passé hier à la vitesse superieur en empêchant leurs enfants de rejoindre les bons de classe. En effet, les parents d’élèves de cet établissement scolaire, qui accompagnaient durant la matinée d’hier leur progéniture, ont observé un sit-in devant le portail principle de l’école en compagnie des élèves. Selon le président de l’association des parents d’élèves dudit établissement, plusieurs lettres de doléances ont été adressées au directeur de l’académie de Bouira en vue de trouver une solution a ce problème qui ressurgit à chaque début d’année et qui consiste en l’absence de l’enseignant de la langue française dans leur établissement. D’autres parents d’élèves diront que lors d’un récente réunion avec le premier responsable de la DE, une promesse leur à été faite pour combler ce vide et l’affectation d’un enseignant de cette matière mais en vain. Hier et dès la première heure de la matinée, une soixantaine de bambins qui suivent leur cours dans cet établissement scolaire et en dépit du froid glacial et des fortes chutes de pluie qu’a connue la région ont observé un sit-in en compagnie de leurs parents devant le portail principal de leur école refusant de rejoindre leurs bancs de classe. Les élèves en bas âge de cette école primaire ont rebroussé chemin et sont rentrés chez eux en attendant que les responsables concernés à leur tête le directeur de l’éducation de la wilaya de Bouira, ne trouvent une solution à ce problème qui dure depuis le début de l’année scolaire en cours. Les responsables en question doivent agir sans délais et affecter un enseignant de cette matière afin d’éviter la perturbation des élèves.
Omar Soualah