13.9 C
Alger
26 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

BAC : les recalés au centre des préoccupations des Syndicats

L’échec de la moitié des candidats aux examens de Baccalauréat session-2015 pousse les Syndicats de l’éducation nationale à se poser des questions. Pour le Conseil des lycées d’Alger, du Snapest et même de l’Association des parents d’élèves, il est du rôle de l’Éducation nationale de prendre en charge ces 400 000 élèves. C’est du moins ce que laisse entendre le porte-parole du CLA, Idir Achour, que nous avons contacté, hier, par téléphone. Notre interlocuteur semble préoccupé du fait que 50% des candidats au Bac était malheureusement recalés. C’est un échec pour le secteur avant que cela soit celui des élèves et de leurs parents, avance-t-il. Au lendemain du commencement de l’opération des retraits de bulletins de notes, ainsi que des préinscriptions en ligne qui se déroulaient, selon Idir Achour, dans de bonnes conditions, le porte-parole du CLA souligne que le problème qui se pose aujourd’hui c’est la réintégration des candidats recalés. Notre objectif est, avant tout, de réintégrer et de réorienter ces élèves qui n’ont pas eu la chance de décrocher le Bac, explique-t-il, tout en poursuivant qu’il faudra aussi chercher à connaître les raisons de leur échec. Il convient de rappeler à ce titre que sur les 853 909 candidats ayant concouru, le mois de juin passé, aux examens du Bac, seulement 363 140 ont pu l’avoir. Pour la ministre de l’Éducation, ce taux de réussite était bon et encourageant, sachant qu’il a connu une augmentation de 6% comparativement à l’année précédente. Par ailleurs, du côté du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et du technique, c’est le même son de cloche que celui du CLA, contrairement à la tutelle. Le Syndicat estime que le taux de réussite au Bac est loin des espérances et des objectifs tracés de la réforme éducative. Il admet que malgré l’amélioration du taux par rapport à celui de 2014, il reste, toutefois, insuffisant comparé aux autres pays, où il atteint 80%. Ainsi, pour les représentants du Snapest, il serait convenable d’installer une commission pour enquêter sur les raisons de l’échec de la moitié des élèves. Cette commission devra assurer un travail de recherche afin de connaître le dysfonctionnement, soit dans le programme ou dans la méthode d’enseignement de ces programmes. En outre, la question de la réforme du Bac sera certainement abordée, lors des assises de l’Éducation qui se tiendront du 24 au 26 du mois en cours. C’est l’occasion pour le Snapest de soumettre ses propositions concernant la commission, a indiqué son porte-parole, Meziane Meriane.
Pour sa part, le président de l’Association nationale des parents d’élèves, Khaled Ahmed, a relevé que la tutelle n’a pas tenu ses promesses. Dans ce sens, il a rappelé qu’en 2003, lors des premières réformes, le ministère s’était fixé l’objectif d’attendre 70% de taux de réussite au Bac en 2015. Cela n’a malheureusement pas eu lieu, regrette-t-il, affirmant qu’on est encore loin du compte. Khaled Ahmed se dit également préoccupé par le sort des candidats qui ont échoué du fait déjà de la surcharge des classes et, notamment, du manque d’infrastructures. Il est du devoir de la tutelle de réintégrer ces candidats avec tous les moyens possibles, laisse-t-il entendre. Khaled Ahmed estime toutefois que le taux de réussite réalisé lors de cette session ést «normal», tenant compte des perturbations et des différents problèmes ayant recourus durant l’année scolaire. Parlant des prochaines assises de l’Éducation auxquelles son Association est conviée, notre interlocuteur indique que le rapport final est prêt à être achevé. Dans le rapport, plusieurs points concernant le Bac, les conditions de son déroulement, la réintégration des recalés, ainsi que l’orientation des admis aux universités y sont introduits, précise-t-il.

Ania Nait Chalal

Related posts

Anem Plus de 30.000 placements réalisés en 2016 à Alger

courrier

Relogement à Alger : 1 200 familles recasées aujourd’hui

courrier

LIQUIDITÉS ET ORGANISATION DES FILES D’ATTENTE DEVANT LES BUREAUX DE POSTE : Mrs les ministres,  le problème persiste !

courrier

DANS UN SOMMET TENU EN ANGOLA : Des ONG internationales de la société civile réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination

courrier

RÉPRESSION EN ZONES SAHRAOUIES OCCUPÉES : Aminatou Haidar demande à l’ONU d’ouvrir une enquête

courrier

ADHÉSION AUX BRICS : Après la Chine, la Russie adoube l’Algérie

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.