Arrestation de quatre trafiquants de drogue à El-Tarf

Quatre (04) individus, spécialisés dans le trafic de drogue ont été neutralisés, à El Chatt (El Tarf), par les services du groupement de la gendarmerie nationale, a-t-on appris, mercredi, auprès du chargé de la communication de ce corps de sécurité. Agissant sur information faisant état d’activités suspectes de ces individus dans un quartier de la commune côtière d’ El Chatt, les services de la gendarmerie sont parvenus à mettre fin aux agissements de ces quatre quadragénaires et saisir 100 grammes de kif traité, a affirmé le commandant Fateh Rahmouni. Un lot d’armes blanches et le véhicule servant au déplacement de cette bande de dealers ont été, également, saisis, a signalé la même source. Poursuivis par le magistrat instructeur près le tribunal de Dréan, pour « trafic de drogue », les quatre mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt, a noté la même responsable.

Une dame donne naissance à des triplés à Ain Sefra (Naâma)
Une femme a donné naissance à des triplés dans la nuit de lundi à mardi à l’hopital «Mohamed Boudiaf» à Aïn Sefra, une commune de la wilaya de Naama, a-t-on appris de source hospitalière. Une dame âgée de 36 ans, originaire de la commune d’Aïn Sefra, a accouché de deux garçons et une fille, a-t-on indiqué, précisant qu’il s’agissait de sa deuxième grossesse. Les nouveaux nés et la mère se trouvent dans un état stable au niveau du service de maternité de l’hôpital. Un staff médical (une gynécologue et deux infirmières) ont dirigé avec succès l’accouchement qui a duré deux heures, a-t-on souligné.

Deux morts et 21 blessés sur les routes en 24 heures
Deux personnes ont trouvé la mort et vingt-et-une (21) autres ont été blessées dans cinq accidents de la circulation enregistrés durant les dernières 24 heures au niveau national, selon un bilan établi mercredi par les services de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré à Ghardaïa avec deux morts et quatre blessés suite à une collision entre deux véhicules léger et un camion sur la Route nationale RN1, au niveau de la commune et daïra de Berriane, note la même source. Par ailleurs, les éléments de la Protection civile sont intervenus porter secours à cinq personnes intoxiquées par le monoxyde de carbone à Bouira et Mila, suite à l’utilisation des appareils de chauffage et chauffe-bain.

Trump «honoré» d’avoir joué dans «Maman, j’ai encore raté l’avion»
Bien avant de s’installer à la Maison Blanche, Donald Trump, alors encore simple homme d’affaires, a fait une brève apparition dans le film de Noël «Maman, j’ai encore raté l’avion». Un «honneur» pour lui. C’est un soldat qui a mis mardi le sujet sur la table (de Noël) lors d’un échange entre le président et des troupes américaines déployées à travers le monde. «J’étais un peu plus jeune, on va dire», a raconté l’ancien magnat de l’immobilier, qui venait d’acquérir le Plaza Hotel de New York lorsque plusieurs scènes du film y ont été tournées au début des années 1990. «C’est évidemment devenu un grand succès», a-t-il poursuivi.
«Un grand succès de Noël, l’un des plus grands. C’est un honneur d’avoir été impliqué dans une chose pareille.»
Donald Trump n’apparaît que très succinctement dans «Maman, j’ai encore raté l’avion», sorti en 1992.
Encore oublié par sa famille, le petit Kevin, interprété par Macaulay Culkin, peine à trouver son chemin au milieu des dorures de l’hôtel dans lequel il passe seul les fêtes. Il arrête alors un homme vêtu d’un long pardessus noir et d’une cravate rouge (déjà) pour lui demander la direction de la réception. «Au fond du couloir à gauche», lui répond simplement Donald Trump en bon propriétaire des lieux.
L’acteur Matt Damon a affirmé en 2017 dans un entretien au magazine The Hollywood Reporter que le milliardaire n’autorisait à tourner dans ses établissements qu’en échange d’un petit rôle dans le film concerné.

Une vingtaine de fusils d’assaut volés d’une base militaire à Pretoria (Afrique du Sud)
Au moins «20 fusils d’assaut automatiques» ont été volés de la base militaire sud-africaine Lyttleton TEK, près de la capitale Pretoria, a fait savoir, mardi, la Force de défense nationale sud-africaine (SANDF). «Ce vol ne peut être commis que par des individus bien initiés qui ont des connaissances sur les accès aux armes et la manière de leur stockage», a expliqué le porte-parole de la SANDF, Siphiwe Dlamini, notant que l’enquête en cours a permis d’interpeller des suspects. L’association des propriétaires d’armes à feu de l’Afrique du Sud (Gosa) a estimé que ces armes à feu seront très probablement utilisées par des gangs et des criminels violents. «Les civils ne peuvent pas acheter ces armes à feu», a-t-il ajouté. «Il est très alarmant que cela se soit produit. Les bases militaires ne doivent pas devenir des endroits désertés pendant la saison des fêtes», a déploré le président de Gosa, Paul Oxley. Pour sa part, le vétéran de l’armée sud-africaine et porte-parole de Gosa, Tim Flack, a déclaré que ce n’est pas la première fois que cela se produit et que ce ne serait pas la dernière. «Cette fois, il s’agit d’un plus grand nombre de fusils par rapport aux années précédentes», a-t-il précisé. Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), a considéré qu’il est «scandaleux que l’accès puisse être obtenu dans une installation militaire supposée être hautement protégée».