SOCIETE-LAICITE-EDUCATION-RELIGION

Appels à la réouverture des mosquées : «Ce n’est pas le moment»

Le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Ilyes Merabet, a estimé hier que le moment n’est pas encore venu pour l’ouverture des espaces de prière dans les wilayas qui sont fortement touchées par la pandémie du Covid-19. Merabet souligne toutefois que le maintien de la fermeture des mosquées dans les wilayas qui ne sont pas concernées par le confinement depuis des semaines «pourrait être annulé ».

En réaction à l’appel lancé dimanche par le Conseil national indépendant des imams pour la réouverture des mosquées à l’échelle nationale, fermées depuis le mois de mars pour pallier à la propagation du nouveau coronavirus, Lyes Merabet a déclaré qu’il ne fallait pas rester figé et maintenir une seule solution pour tout le pays. «En tant que professionnel de la santé et en tant que médecin,  je pense que le moment n’est pas encore venu pour rouvrir ces espaces de prière dans les wilayas ou la situation est critique», a-t-il affirmé expliquant que cela pourrait compliquer davantage la situation sanitaire déjà très grave ; puisque les mosquées pourraient être des voies à la transmission et la diffusion active à l’infection. Par contre, notre interlocuteur ne voit pas de problème si ces espaces soient rouverts dans les wilayas qui ne sont pas concernées pas le confinement. « Nous ne voyons pas pourquoi leur fermeture soit maintenue dans ces wilayas », dira-t-il dans ce sens. Pour Merabet, le plus essentiel reste le respect des gestes barrières et la garantie de l’application des mesures de prévention sur le terrain. « Cela relève de l’engagement du citoyen et de son niveau de conscience », a noté le président du SNPSP. Pour rappel, le Conseil national indépendant des Imams (CNII), avait appelé, dimanche dernier dans un communiqué rendu public, à la réouverture, au moins  «de façon graduelle», des mosquées, estimant que sa requête était plausible, désormais. Le CNII a accompagné sa revendication par une somme de propositions tendant à respecter les mesures préventives de lutte contre le Covid-19 en vigueur. Le Conseil a prôné, à cet effet, le maintien de la fermeture des salles d’ablution, celles réservées aux femmes, l’accomplissement de la prière dans les espaces ouverts des mosquées qui en disposent et sur tapis individuels, le retrait des livres saints et autres chapelets à usage collectifs. Le tout en observant un strict respect de la distanciation physique, autant que faire se peut. Concernant, d’autre part, la question liée au rituel du sacrifice durant l’Aïd el Adha, le Conseil a   estimé  qu’aucune donnée scientifique n’a établi de démonstration  que le rituel puisse contribuer à la propagation du coronavirus. Il convient de rappeler à ce propos, que la wilaya d’Alger a annoncé l’interdiction d’accès à la capitale des camions et véhicules de transport du bétail et de vente du bétail et du fourrage en dehors des points de vente autorisés. « Dans le cadre du renforcement des mesures sanitaires et préventives visant à contenir la propagation de la pandémie du coronavirus, d’autant que certaines activités économiques et commerciales attirent le public et constituent un risque de propagation de la contamination du virus, le wali d’Alger a décidé d’interdire l’accès des camions et véhicules de transport du bétail, sous peine des sanctions prévues par la loi », a indiqué la wilaya dans un communiqué rendu public dimanche passé. «Ces mesures excluent le transport du bétail destiné aux abattoirs, sur présentation d’un certificat vétérinaire », a précisé la même source.
Ania Nait Chalal