enfants-Syriep5

ALORS QUE MIKE POMPEO N’EXCLUT PAS UN AFFLUX DE TERRORISTES EN LIBYE : Trump invite ses homologues européens à reprendre les 800 terroristes en captivité en Syrie

Dans une interview accordée début mois courant, à la chaîne de télévision Fox News, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo n’a pas exclu, dans ses déclarations un afflux de terroristes en Libye, citant ceux en provenance de la Syrie.

Après avoir annoncé le retrait des forces américaines de Syrie, et donc la fin des opérations de la coalition militaire internationale dirigée par Washington, le président des États-Unis a appelé, hier, les pays européens à «reprendre» plus de 800 djihadistes du groupe terroriste daech, en captivité et à les traduire en justice, en lançant à ses homologues européens, que son pays «fait et dépense beaucoup», et il est temps pour les autres «de faire le travail dont ils sont si capables».
Dans ses déclarations, le secrétaire d’État américain Pompeo n’a pas manqué à cette occasion, de souligner, que l’afflux en Libye de terroristes en provenance de Syrie « doit être pris très au sérieux ». En réaction à ces déclarations, le membre du Haut conseil d’état libyen, AdelKaramous a averti, dans ses réponses aux questions de l’agence russe, Sputnik, qu’«une nouvelle vague d’ingérences nous est réservée en Libye, notamment dans le processus d’élections» et Il se peut , a-t-il poursuivi «que cela ne se fasse qu’au niveau politique, mais des opérations militaires ne sont pas non plus à exclure» estime-t-il. pour ce responsable libyen,  à l’heure actuelle, dira-t-il «les forces du Commandement de états-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) étaient passées maîtres dans l’espace aérien du sud libyen précise AdelKaramous. Autre déclaration recueillie par l’agence de presse Sputnik, celle du juriste libyen, Ibrahim al Gweil, l’ex-conseiller du défunt président Mouammar Kadhafi. L’interviewé a relevé, dans ses réponses, le rôle du dit commandement américain, que «les manœuvres de l’AFRICOM dans le sud libyen n’avaient qu’un seul objectif, celui d’instaurer le contrôle des États-Unis sur la Libye» a-t-il affirmé. à la question de savoir s’il ne craignait pas que les terroristes en défaite en Syrie, puissent passer dans d’autres pays, le secrétaire d’État américain Pompeo a répondu, le 7 février dernier, dans l’interview précitée à Fox News, qu’effectivement, dira-t-il «ils (les terroristes : NDLR) pourraient essayer de le faire. Ils font d’ailleurs depuis longtemps de telles tentatives» a-t-il indiqué, avant d’ajouter «Ils tenteraient sans doute de s’installer quelque part ailleurs» citant l’Afrique et, notamment en Libye. Rappellons que sur l’opération de l’Otan en Libye, le premier responsable de l’Alliance militaire atlantiste, Stoltenberg avait eu à indiquer, que celle-ci a été initiée par l’Europe, précisant «non pas par l’Allemagne, mais plutôt par la France et le Royaume-Uni» et de rappeler dans ses déclarations que «quand nous nous sommes rencontrés à Paris pour prendre une décision définitive, l’Otan n’était pas présente à la table, il n’y avait pas d’Alliance » Mais la réalité est telle, a-t-il poursuivi « que par la suite nous avons compris qu’il nous fallait l’aide de l’Otan et des États-Unis, de leurs capacités et structures de commandement» a-t-il détaillé. Lors de la conférence de presse de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova à Moscou, le 19 avril dernier, abordant la crise libyenne, elle dira que son pays « depuis le début de la crise libyenne nous favorisons activement les efforts entrepris sous l’égide de l’Onu pour établir un large dialogue inter-libyen visant à mettre fin à la guerre civile dans le pays » assurant «nous envisageons de poursuivre notre travail conjoint avec nos partenaires régionaux et internationaux» a-t-il précisé, après avoir mis l’accent que son pays «est pourtant certain qu’il n’y a aucune alternative aux négociations» et de souligner que «nous confirmons cette position » a-t-elle affirmé. Pour Moscou, les Libyens doivent poursuivre, a ajouté la responsable russe, «le dialogue dans un esprit d’ouverture et de compromis» insistant sur le fait que «ce point de vue et cette approche sont le seul moyen d’atteindre l’objectif principal» citant, le rétablissement de l’unité de la Libye, dans le respect, a-t-elle indiqué «des intérêts de toutes les forces politiques et des groupes tribaux et régionaux, et créer les conditions nécessaires pour le développement durable du pays à l’avenir» a déclaré Maria Zakharova. Le président des États-Unis a appelé les pays européens à «reprendre» plus de 800 djihadistes du groupe terroriste Daech capturés en Syrie et à les traduire en justice. Il a noté que son pays «fait et dépense beaucoup», et il est temps pour les autres «de faire le travail dont ils sont si capables». Donald Trump s’est adressé via Twitter aux pays européens, notamment au Royaume-Uni, à la France et à l’Allemagne, leur demandant de rapatrier de Syrie et de déférer devant la justice les terroristes de Daech. Il a écrit, en effet, que «Les États-Unis demandent à la Grande-Bretagne, à la France, à l’Allemagne et à d’autres alliés européens de reprendre plus de 800 terroristes  de Daech capturés en Syrie et de les traduire en justice», a-t-il écrit, en précisant que le «Califat» était sur le point de tomber.
Karima B.