ALGERIE - CHINE

ALGÉRIE – CHINE : Un partenariat stratégique à dimension continentale

Le Président Abdelmadjid Tebboune accorde une importance majeure au partenariat stratégique entre l’Algérie et la Chine et à la nécessité de renforcer sa dimension régionale et continentale à travers l’accélération de la réalisation des grands projets structurels inscrits dans l’agenda de la coopération entre les deux pays.

C’est ce qu’a dit le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, à Wang Yi, conseiller d’État et ministre chinois des Affaires étrangères, lors d’une séance de travail en marge des travaux de la 8e session ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), tenu lundi et mardi, à Dakar (Sénégal).
Les deux ministres ont évoqué les mégaprojets dans tous les domaines que réalisera la Chine en Afrique durant les trois prochaines années et qui ont été annoncés par le président chinois Xi Jinping dans son discours prononcé lundi par liaison vidéo à la cérémonie d’ouverture. Ces projets concernent divers programmes, et en urgence, celui de la santé. Le président chinois a annoncé que la Chine fournira à l’Afrique un milliard de doses de vaccins supplémentaires, dont 600 millions sous forme de don et 400 millions sous d’autres formes comme la production conjointe entre des entreprises chinoises et les pays africains concernés. En plus, la Chine réalisera dix projets de santé pour les pays africains et enverra en Afrique 1 500 professionnels médicaux et experts de santé publique. Les autres programmes ont trait à la réduction de la pauvreté et au développement de l’agriculture ; à la promotion du commerce (des « corridors verts » seront ouverts pour les exportations vers la Chine de produits agricoles africains), la promotion de l’investissement. (dans les trois ans à venir, la Chine encouragera ses entreprises à investir au moins 10 milliards de dollars en Afrique) ; l’innovation numérique (la Chine réalisera pour l’Afrique dix projets dans le domaine de l’économie numérique) ; le développement vert (dix projets sont prévus) ; le renforcement des capacités ; les échanges humains et culturels (notamment l’encouragement des touristes chinois voyageant en groupe à aller dans les pays africains) ; la paix et la sécurité (notamment, aides militaires à l’Union africaine, coopération dans la lutte anti-terroriste,…). Il est évident que la Chine se présente en alternative aux anciennes puissances coloniales et leurs alliés américains, qui cherchent à maintenir les pays africains dans des rapports de dépendance néo coloniale. Les pays africains ont besoin de ce nouveau type de relations internationales caractérisées, comme l’a souligné le président chinois, par «l’amitié sincère et l’égalité, le bénéfice mutuel et le développement commun, l’équité et la justice, ainsi que les progrès en phase avec notre époque et l’ouverture et l’inclusion». Selon le président chinois, depuis le Sommet Chine-Afrique de Beijing en 2018, huit initiatives majeures de coopération ont été mises en œuvre et un grand nombre de projets de coopération prioritaires ont été achevés. Le volume du commerce sino-africain et les investissements chinois en Afrique ont connu une croissance soutenue. Presque tous les membres africains du FCSA ont rejoint l’Initiative «la Ceinture et la Route». Dans ses discussions avec son homologue chinois, Ramtane Lamamra a salué les efforts de la Chine pour venir en aide aux pays africains dans la lutte contre le Covid 19. Il a cité le partenariat de la Chine avec l’Algérie pour la production du vaccin à Constantine lancée à la fin du mois de septembre et qui pourrait répondre en partie aux besoins du continent africain. Les discussions entre les deux ministres ont également porté sur plusieurs questions régionales et internationales d’intérêt commun, se disant satisfaits de la convergence des vues des deux pays. Ils ont insisté, dans ce sens, sur la nécessité d’intensifier les concertations sur les derniers développements survenant sur la scène politique régionale et internationale.
M’hamed Rebah