CHU Ben Badis

AGRESSION À L’ARME BLANCHE À LA MATERNITÉ DU CHUC DE CONSTANTINE : La côte d’alerte ?

Les nuits au niveau du CHU de Constantine restent parfois mouvementées et périlleuses pour le personnel médical de garde, où, une fois de plus, une agression, à l’arme blanche qui a failli tourner au drame, a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi au niveau de la maternité à l’encontre du personnel médical du dit service , sur un agent de sécurité et un policier. Selon les informations en notre possession, l’agression a eu lieu vers les coups de 1h du matin par les accompagnateurs d’une femme qui était sur le point d’accoucher qui ont exigé au médecin de procéder illico- presso à une césarienne pour faire accoucher la parturiente. Les praticiens de garde ont opposé un refus catégorique expliquant aux accompagnateurs que pour faire ce genre d’intervention, cela nécessite des analyses et un bilan complet doit être établi. Ne voulant rien comprendre, l’un des membres accompagnateur, menaçant, sorti un couteau, l’agent de sécurité qui est intervenu pour le neutraliser a reçu un coup au visage, arrivant à la rescousse le policier de garde a lui aussi été blessé par le forcené. Blessés et saignants, les deux victimes ont été acheminé aux services des urgences où ils ont été pris en charge et soignés et leur état n’inspire pas d’inquiétudes. Selon toujours notre source, l’un des agresseurs a été arrêté dans la matinée au quartier d’Oued El Had sur les hauteurs de la ville en compagnie de trois autres individus qui ont accompagné la femme. Face à ces agressions nocturnes et récurrentes, un sit- in a été organisé devant la maternité pour dénoncer encore une fois les conditions difficiles et très dangereuses auxquelles sont confrontés quotidiennement le personnel et paramédical au niveau des structures sanitaires. Cette énième agression à l’hôpital soulève cette lancinante question : comment protéger le personnel médical contre le comportement belliqueux de certains énergumènes qui se croient tout permis ?
M. A.