Boudissa

AFFAIRE DU DECES DE LA FEMME-MEDECIN WAFA BOUDISSA : Suspension du directeur de l’hôpital de Ras El-Oued

Les premières conclusions de l’enquête menée sur le décès de la femme-médecin Wafa Boudissa tombent. Et les premières sanctions en conséquence tombent sur la tête du directeur de l’hôpital de Ras El-Oued, à Bordj Bou-Arreridj, suspendu de ses fonctions pour violation des décisions de l’état, notamment pour avoir gardé en poste de travail une parturiente, médecin de son état, en pleine crise sanitaire de surcroit. Or, en pareille circonstance dramatique pour une femme, décédée, vendredi à l’EPH d’Ain-Kebira de Sétif, des suites d’une infection au Covid-19, la règle voudrait que c’est le mis en cause lui-même qui présente illico presto sa démission. C’est le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderahmane Benbouzid, en effet, qui en a confirmé la décision de sanction temporaire du premier responsable de cet hôpital. Un établissement où la défunte exerçait ses fonctions, ainsi soumise au gré de l’employeur malgré à la fois le risque qu’elle encourait étant exposée directement aux malades atteints du Covid-19 et étant une femme qui portait un bébé de huit mois. En visite, hier, dans la wilaya de Khenchela, dans le cadre d’une tournée qui l’a vu se déplacer dans plusieurs autres régions du pays pour s’enquérir de l’état des lieux sur la crise sanitaire, Benbouzid évoque les motifs de la suspension du directeur en question. Une sanction du reste qui intervient au lendemain de l’enquête diligente par le département qu’il dirige et dont la mission est confiée à l’inspecteur général du ministère. Ainsi, selon lui, le responsable de l’enquête « avait écouté toutes les parties concernées dans cette affaire», avant de conclure sur la sanction à l’encontre du directeur pour avoir « enfreint les décisions du président de la République, Abdelamadjid Tebboune et le décret exécutif relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du Coronavirus, s’agissant du volet de la démobilisation de certaines catégories de travailleurs, notamment les femmes enceintes. »
F. G.