Péage

55 STATIONS DE PAIEMENT ET PLUS DE 1200 CAMÉRAS DE SURVEILLANCE INSTALLÉES : Le péage de l’autoroute Est-Ouest avant fin 2019

L’examen du dossier de l’entretien de l’autoroute est-ouest et des mesures devant être mises en œuvre pour la mise en place du système de péage lors de la réunion interministérielle, samedi dernier, sous la présidence du Premier ministre, Nourredine Bedoui, vise à faire accélérer les travaux dont le taux d’avancement a atteint 72%, en vue du lancement des activités des postes de maintenance et d’exploitation, des aires de repos et de surcroît, la mise en service des 55 stations de péage, d’ici la fin de l’année en cours.

Si l’autoroute sera dotée de 55 stations de paiement et de plus de 1289 caméras de surveillance, selon le projet du ministère des Travaux publics et des Transports annoncé, août dernier, il est question de plus de 22 postes de maintenance et d’exploitation, dont chaque poste devra couvrir un tronçon de l’autoroute s’étalant sur une distance de 65 à 75 km, et de 43 stations de service, selon le même projet. Il sera également question de la disponibilité de guichets de distribution automatique des billets de banque et selon l’accord de partenariat signé entre la société de gestion des gares routières d’Algérie (Sogral) et Algérie Poste, d’un espace réservé aux colis postaux.
La réunion précitée a regroupé les ministres de Finances, de l’Énergie, de l’Industrie et des Mines, de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, des Travaux publics et des Transports, des Ressources en eaux, ainsi que du secrétaire général du ministère de l’Intérieur, du directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR) et du directeur général de l’Agence nationale des autoroutes (ANA). Lors de sa visite de travail, à Oran, le ministre des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba, a indiqué qu’«une enveloppe de 50 milliards de dinars sera consacrée à l’entretien des routes tous types confondus à partir de l’année 2020» a-t-il précisé. Quant à la question de savoir le prix que devront payer les millions de conducteurs et d’usagers de l’autoroute Est-Ouest, le péage sur cette autoroute qui a été fixé, selon les responsables, en fonction du pouvoir d’achat du citoyen, sera calculé sur la base d’un tarif de 1,2 DA le kilomètre. Et c’est sur la base de ce tarif kilométrique établi par les autorités, les automobilistes devront payer 498 DA pour faire le trajet entre Alger et Oran, à titre d’exemple et 468 DA ceux qui viendront à Alger à partir de Constantine.
S’agissant de ceux qui effectueront le trajet entre la capitale de l’Ouest et celle de l’Est, Constantine, ils devront payer la somme de 960 DA pour emprunter l’autoroute de l’Ouest à l’Est du pays. Une fois tous les travaux dont le niveau d’achèvement est de 72% seront finis, la gestion de l’autoroute Est-Ouest, qui s’étale sur une longueur de plus de 1200km, sera conviée à l’Agence de développement des autoroutes (ADA) qui «prendra en charge le dossier du système du péage » selon les déclarations du ministre Mustapha Kouraba. Rappelons que les premiers centres de péage, en cours de réalisation,  seront livrés, selon le ministre «à partir de cette fin d’année» et que le péage n’est prévu, selon le ministre, qu’«au niveau de l’autoroute Est-Ouest» ou l’infrastructure indispensable à la mise en place de ce système «est en cours de réalisation» a-t-il expliqué. Il est à rappeler qu’après les 7 à 9 milliards de dollars prévus initialement pour la finalisation de l’autoroute Est-Ouest, le coût a été arrêté, fin 2015, à 14 milliards de dollars et la dernière rallonge en date, l’enveloppe de l’ordre de 50 milliards de DA consacrée à l’entretien des routes, tous types confondus à partir de l’année 2020. Et même si les déclaration des responsables, dont le ministre des Travaux publics et des Transports ne porte pas sur les routes concernées par l’opération d’entretien, il est clair qu’il s’agit principalement de l’autoroute Est-Ouest, dont certains de ces tronçons présentent des risques majeurs pour les usagers. Notons que la corruption entachant le projet de l’autoroute Est-Ouest a fait couler beaucoup d’encre outre la décision de la Cour suprême ordonnant, le réexamen de l’affaire de l’autoroute, selon des sources judiciaires, a rapporté l’APS, le 19 juin dernier. Pour rappel, des peines de prison allant de un an avec sursis à 20 ans de réclusion ainsi que trois acquittements ont été prononcés en mai 2015 contre 23 personnes morales et physiques impliquées dans cette affaire de corruption, dont le procès s’est déroulé au tribunal criminel d’Alger.
Quinze personnes et sept entreprises étrangères étaient impliquées dans cette affaire dont le procès a été tenu après deux reports et une tentative de la défense de le requalifier, en 2014, en correctionnelle. Une demande rejetée par la Cour suprême qui a confirmé que cette affaire devait être traitée par le tribunal criminel d’Alger.
Karima Bennour