Suite aux acte s de vandalismes contre l’ambassade d’Algérie à Bamako : L’ambassadeur du Mali convoqué à Alger

Le ministère des Affaires étrangères a convoqué, jeudi dernier, l’ambassadeur du Mali en Algérie pour lui demander des explications sur l’attaque contre le siège de l’ambassade algérienne à Bamako par des citoyens maliens, a indiqué le porte-parole du MAE, Abelaziz Ben Ali Chérif.

Le ministre des Affaires étrangères a aussi précisé que le ministère malien des Affaires étrangères avait, auparavant, convoqué l’ambassade d’Algérie à Bamako pour l’aviser que les autorités maliennes avaient décidé d’ouvrir une enquête sur ces événements, que Ben Ali Chérif qualifie de «regrettables». Dans le même temps, un communiqué du ministère malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale annonçait que le gouvernement de la république du Mali avait porté à l’attention de la Communauté nationale et internationale qu’un groupe de manifestants a attaqué lundi dernier, les locaux de l’Ambassade de l’Algérie au Mali : « Le gouvernement de la République du Mali porte à l’attention de la Communauté nationale et internationale qu’un groupe de manifestants a attaqué les locaux de l’Ambassade de la République Algérienne Démocratique et Populaire le lundi 12 mars 2018 », disait le communiqué, qui ajoutait que « le gouvernement malien condamne cet acte inamical et informe qu’une enquête a été ouverte à l’effet d’en rechercher les auteurs et commanditaires éventuels ».
« Le gouvernement de la République du Mali exprime au Gouvernement de la République Algérienne Démocratique et Populaire ses regrets », notait le communiquait, rappelant que les représentations des États et des institutions sont et demeurent inviolables et que toute violation des locaux et du personnel diplomatique constitue une atteinte à l’image du Mali ».
« Le gouvernement assure le personnel de l’Ambassade de la République Algérienne Démocratique et Populaire et l’ensemble de la communauté diplomatique au Mali de son attachement au respect des conventions internationales et de sa détermination à assurer leur protection et garantir la sécurité de leurs lieux de travail et de résidence », concluait le communiqué du ministère malien des Affaires étrangères.
Dans notre édition de jeudi dernier, nous rapportions que des dizaines de jeunes maliens, dont certains ont été expulsés d’Algérie récemment, s’étaient regroupés devant le siège de l’ambassade algérienne à Bamako, sise à la rue Daoudabougou, pour exprimer leur mécontentement d’avoir été rapatriés au Mali, commettwant sur leur passage des actes de vandalisme.
«Le Combat» malien rapportait ces détails : «Avec des pneus usés, des pierres, des troncs d’arbres, les manifestants ont barricadé la route rendant la circulation impossible. Mis en infériorité numérique, les policiers sur place quittent les lieux pour chercher des renforts. Avant leur retour, les manifestants, visiblement très remontés, ont mis le feu au jardin qui borde l’Ambassade. Les barrières en fer sont cassées. À coups de jets de pierres, ils brisent des vitres de fenêtres, des ampoules et les caméras de surveillance ».
F. O.