mhenni-moh6

SOUTIEN MAROCAIN AU MAK : Les preuves du complot contre l’Algérie

En dénonçant, dimanche soir- lors de l’entrevue médiatique avec des représentants de deux médias nationaux- un complot marocain dirigé contre l’Algérie à travers l’organisation terroriste le MAK, le président Tebboune le dit- qui mieux que lui- en connaissance de cause. Autrement, on ne profère pas des accusations gratuites sans en avoir des preuves à l’appui d’autant que l’affaire relève de la sécurité nationale.

En effet, dans ses propos, le chef de l’Etat a clairement pointé du doigt le soutien politique et logistique du Maroc apporté au MAK dans le but d’attenter à l’unité nationale du pays. « Il est prouvé par l’image et le son que le Maroc est partie prenante dans tout ce qu’a fait le MAK. Il le dit clairement (Ferhat Mehenni, chef du MAK, ndlr)», pèse ses mots le président Tebboune s’interrogeant sur les velléités du MAK, dont le chef est issu d’une région (Tizi Ouzou) qui a beaucoup donné à la Révolution de 54.
En l’affirmant ainsi, le locataire d’El Mouradia renvoie de ses propos aux témoignages vidéo des suspects arrêtés dans le cadre des enquêtes sur les incendies de forêts en Kabylie suivis de l’assassinat ignoble du jeune Djamel Bensmail. Des témoignages qui ont accablé le MAK et son chef. Ceci d’un côté. De l’autre, il y a à rappeler le message de juin 2018 de ce même Ferhat Mehenni appelant à la création d’une milice armée pour « défendre la Kabylie ».
Ultime provocation à l’égard de l’Algérie qui a pesé lourdement sur la décision de couper ses relations avec le Maroc, le soutien de l’ambassadeur Omar Hilale à l’ONU à l’invraisemblable projet « d’autodétermination du peuple kabyle » qui en dit long sur une organisation terroriste entre les mains du Makhzen. Comme pour renvoyer l’ascenseur à ses parrains marocains, le chef du MAK, a, dans une lettre adressée au roi marocain (voir notre édition du 27 juillet 2021), remercié Mohammed VI en personne, et auprès duquel il a souhaité être reçu, pour avoir soutenu son projet qui vise à diviser l’Algérie.
S’adressant à « Sa Majesté », le MAK « salue la position de l’ambassadeur permanent du Maroc à l’ONU, Omar Hilale qui avait plaidé pour l’indépendance de la Kabylie et défendu les positions du mouvement terroriste le MAK, lors du débat général de la réunion du Mouvement des Non-alignés (MNA) des 13 et 14 juillet derniers », pouvait-on y lire.
Lorsqu’encore, Ferhat Mehenni exprime ses remerciements au roi du Maroc M6,  auquel il transmet  «  sa profonde reconnaissance pour le geste qu’il a qualifié d’historique du Royaume du Maroc envers la Kabylie qui aspire à son indépendance ». La collusion est alors vite établie ! N’est-ce pas là une énième preuve à l’appui du soutien politique et logistique marocain au plan de déstabilisation du pays et de son unité nationale ?
Pour le reste, à travers l’officialisation de ses relations avec l’entité sioniste, l’autre terre ennemie qui avait accueilli, en 2012, le chef du MAK, le Maroc donne la preuve par mille qu’il a rallié le cercle des conspirateurs contre l’Algérie.
Farid Guellil

La DGSN déjoue un projet terroriste makhzano-sioniste
La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), dans un communiqué diffusé hier en fin d’après-midi sur sa page facebook, a révélé avoir réussi, la semaine courante, à démanteler un groupe criminel appartenant à l’organisation terroriste « MAK », activant dans les wilayas de Tizi-Ouzou, Béjaïa et Bouira, avec l’arrestation de 17 suspects. Ces derniers, précise la DGSN, s’apprêtaient à exécuter des actions armées visant la sécurité et l’unité nationale du pays, avec la complicité de parties intérieures adeptes du séparatisme. Selon la même source, les preuves numériques et les aveux obtenus auprès des suspects au cours de l’enquête préliminaire ont révélé que les membres de ce groupe terroriste étaient en contact permanent avec des parties étrangères par le biais de l’Internet, opérant sous le couvert d’associations et d’organisations de la société civile présentes en Israël et dans un pays nord-africain, notamment le Maroc. Les perquisitions au domicile des suspects, effectuées sous le contrôle des autorités judiciaires compétentes, poursuit la même source, ont permis de saisir des documents révélant des contacts soutenus avec des institutions sionistes, des armes et du matériel militaire, des banderoles et des tracts appartenant au MAK.
R. N.