Bakhlili

Slimane Bakhlili lance sa chaîne de télévision

L’ex-candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, Slimane Bakhlili, a lancé, à partir de ce 5 juillet, sa propre chaîne de télévision El Badil TV, sur le bouquet Nilesat. Il en a, lui-même, fait l’annonce sur les réseaux sociaux, indiquant qu’El Badil TV est une « chaîne scientifique, intellectuelle, culturelle et artistique complète, avec une orientation qui suit le rythme des technologies modernes, avec une approche intermédiaire qui célèbre la multiplicité des opinions et des idées ». Il ajoute que sa chaîne se consacre « à la culture algérienne et s’ouvre aussi sur les cultures du monde ». Le lancement expérimental de la chaîne a eu lieu le 5 juillet. Coordonnées de la chaîne El Badil TV : Satellite Nilesat Fréquence: 10922 horizontaleTaux de codage: 27500 Eutelsat 7.0 Ouest (NileSat) 10922 / V / 27500.

Ouyahia révèle qu’il souffre d’un cancer
L’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a révélé, lors de sa comparution ce lundi dans l’affaire Tahkout relative au montage des véhicules, qu’il souffrait d’un cancer depuis mars 2019. Il a révélé qu’il avait découvert sa maladie juste après avoir quitté son poste de Premier ministre, précisant qu’il n’a pas pu terminer ses soins en raison de son incarcération et sa mise en détention provisoire. Or, il faut préciser que Ouyahia se soignait à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, réservé aux militaires, aux hauts cadres de l’État et aux anciens moudjahidine. Après son départ du gouvernement et suite aux enquêtes judiciaires auxquelles il était soumis, Ouyahia était devenu un simple citoyen et n’ouvrait plus droit aux soins à l’hôpital de Aïn Naâdja. En ce sens, il n’a pas été empêché de se soigner, mais il pouvait plutôt se soigner comme un simple citoyen dans n’importe quel hôpital civil, notamment au CPMC du CHU Mustapha-Pacha.

Washington cède trois avions-espions militaires dernier cri, à Paris
La vente éventuelle de trois avions Advanced Hawkeye E-2D à la France pour un coût estimé à 2 milliards de dollars vient d’être autorisée par le département d’État américain, a fait savoir la DSCA. Le département d’État américain a donné le feu vert à la vente de trois avions de guet aérien de type Advanced Hawkeye E-2D et d’équipements appropriés pour un montant total de 2 milliards de dollars, indique un avis publié ce 6 juillet par la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), l’organisme responsable de la coordination du programme de vente de matériel militaire à l’étranger. «Cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en contribuant à renforcer la sécurité d’un allié de l’OTAN, qui est une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Europe», indique le document. Les appareils sont destinés aux forces navales françaises et viendront compléter ceux qu’elles possèdent déjà, ajoute l’avis, soulignant que cette décision «maintiendra l’interopérabilité avec les forces navales américaines».
Toutefois, cet avis de vente éventuelle, s’il est requis par la loi, ne signifie pas que la transaction aura obligatoirement lieu, ajoute le document.

La justice cible le gouvernement français
Le procureur général près la Cour de cassation a annoncé hier l’ouverture d’une information judiciaire visant l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn et son successeur Olivier Véran, pour leur gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19, a appris franceinfo dans un communiqué de la Cour de justice de la République. « Conformément à la décision rendue par la commission des requêtes vendredi 3 juillet dernier, cette information judiciaire est ouverte du chef d’abstention de combattre un sinistre », pour des « faits commis à Paris courant 2019 et 2020″.
Neuf plaintes jugées recevables. Dans son communiqué, le procureur général près la Cour de cassation rappelle que le délit d’ »abstention de combattre un sinistre » est « prévu et réprimé par l’article 223-7 du Code pénal ». Ce dernier précise que « quiconque, s’abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende ».
Cette information judiciaire est confiée à la commission d’instruction. Elle fait suite aux quelque 90 plaintes déposées contre des membres du gouvernement, mettant en cause leur prise en charge de l’épidémie en France. Neuf plaintes ont finalement été jugées recevables.

Le magazine «Mémoria» devient hebdomadaire
Ainsi, « Mémoria hebdo » sortira chaque semaine sous format tabloïd de 16 pages, avec des thématiques dédiées aux questions de l’Histoire. Dans ce numéro expérimental (daté du 7 au 13 juillet), la couverture est frappée du titre « 1962 Indépendance de l’Algérie: une liberté arrachée de haute lutte », sur fond d’une photo des manifestants algériens sortis défiler pour célébrer l’Indépendance de leur pays, tandis qu’au bas de la Une figurent les dossiers sélectionnés pour l’occasion, dont le premier sur la Guerre de Libération avec le portrait de Maxime-Charles Keller : « L’incroyable destin d’un enfant déporté d’Algérie », le second sur l’histoire d’une ville dédié à « Alger, Une capitale au passé millénaire », et le troisième dossier est consacré au thème Fait historique qui porte le titre « Les guillotinés de Barberousse en 1957″. Dans une contribution intitulée « Obligation de mémoire et devoir d’histoire », le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, fait observer qu’ »en 2020, l’Algérie possède peu d’historiens connus et reconnus, au sens d’études rigoureuses des faits et des événements du passé, d’une construction objective, d’une recherche systématique et d’une exploitation critique des sources ». Dans son éditorial, Ammar Khelifa, fondateur du magazine, précise qu’ »aujourd’hui, par devoir patriotique et par obligation civique, et pour mieux répondre à la volonté du président de la République de mettre l’Histoire, son écriture, son enseignement et sa médiatisation au cœur de l’entreprise collective de renforcement du sentiment d’appartenance nationale, Mémoria, mensuel depuis son lancement, devient hebdomadaire ». Le magazine change de périodicité « pour être plus proche encore de ses lecteurs, mais aussi pour renforcer l’offre médiatique relative à l’Histoire du pays ». Pour M. Khelifa, « Mémoria, outil pédagogique de l’Histoire et de la Mémoire, réceptacle du vécu des acteurs disparus ou encore en vie, se devait d’être au rendez-vous de l’Histoire qui s’écrit et se raconte, en proposant une matière plus dense et des rendez-vous désormais moins espacés avec ses lecteurs ». L’hebdomadaire de l’histoire d’Algérie est vendu à 50 DA.
Félicitations à nos cofrères et amis. Bonnes continuation.

Le site marocain « Le Collimateur » prend ses désirs pour du rêve
Le site marocain « Colis mateur, ou presque, n’a pas eu peur de se couvrir de ridicule en attribuant à l’APS, notre agence d’information officielle, une grossière et fausse information faisant état de la « prochaine visite au Maroc du président Tebboune. Il est vrai que la prolifération sur la toile de sites d’information a permis au tout venant de s’improviser journaliste. Cela n’honore quand même pas nos confrères activant au royaume chérifien.

Mis aux poings
«  Nous ne reculerons pas dans le processus engagé dans le cadre de la lutte contre la corruption dans le football et le sport en général», Sid-Ali Khaldi ministre de la Jeunesse et des Sports.

Même pas reculer pour mieux sauter ? wana aâreft…