bem

REPORT DE L’EXAMEN DU BEM : Le niet des partenaires sociaux de l’Éducation

Annoncé, dimanche soir à l’issue d’un conseil exceptionnel des ministres présidé par le chef de l’État, le nouveau calendrier des examens de fin de cycle n’a pas fait l’unanimité du côté des parents d’élèves et des syndicats de l’éducation.

Si la décision de reporter le Bac et d’annuler l’examen de 5ème année primaire a été accueillie avec satisfaction, le report de l’examen du BEM au mois de septembre a, quant à lui, été catégoriquement rejeté. Le président de l’association nationale des parents d’élèves, Khaled Ahmed, à fait savoir, à cet effet, qu’un recours allait être déposé au niveau du ministère de l’Éducation nationale pour qu’il le transmette à son tour au gouvernement. « Nous lançons un appel au ministre du secteur afin de trouver, dans les plus brefs délais, une solution à ce problème et qui puisse satisfaire tout le monde », a déclaré Khaled Ahmed pour lequel il est plus logique d’annuler l’examen du BEM car après 6 mois de retard, les élèves ne sont pas prêts à le passer.
Pour Fatiha Bacha, qui est membre du bureau national de l’association des parents d’élèves, ramener les élèves après 6 mois d’arrêt de cours pour leur faire passer cet examen est juste « brutal ». Selon elle, l’annonce du report du BEM au mois de septembre a créé une situation de panique et de choc parmis les élèves et leurs parents. « Ils ne sont pas préparés (les élèves, Ndlr), à concourir après toute cette période, sachant que cela nécessite un accompagnement psychologique qui est malheureusement inexistant », a souligné la même source.
Du côté des syndicats du secteur de l’Éducation le constat est le même. Contacté à ce propos, le porte-parole du CNAPEST, Messaoud Boudiba, a indiqué que pour les décisions prises concernant le passage vers les classes supérieures ainsi que l’annulation de l’examen de cinquième et le report du Bac figuraient dans la liste des propositions soumises par l’intersyndicale de l’éducation. Cependant, et en ce qui concerne le report de l’examen du Brevet de l’enseignement moyen, Boudiba souligne que ce dernier ne s’accordait pas avec la réalité du terrain, ajoutant que cette décision avait choqué les élèves qui n’ont pas été préparés psychologiquement à cela. « Il faut dire que ces élèves, qui sont en période d’adolescence, sont influencés par les mesures sanitaires prises pour lutter contre la propagation du Covid-19, et il fallait prendre sérieusement en considération cette problématique », a-t-il signalé. Par ailleurs, bien qu’il mette l’accent sur l’importance de cet examen, Zoubir Rouina, secrétaire général du Conseil des lycées d’Algérie (CLA) estime qu’il fallait prendre une mesure exceptionnelle en annulant carrément le BEM car un problème psychologique se posait chez les élèves.
Pour rappel, le Conseil des ministres avait décidé dimanche de l’annulation des épreuves de fin de cycle primaire, alors que les épreuves du BEM et du BAC sont reportées pour septembre prochain. La rentrée scolaire pour l’année 2020/2021 est, quant à elle, reportée pour le mois d’octobre à venir.
Ania Nait Chalal