Maroc

PLUSIEURS VILLES MAROCAINES ONT MANIFESTÉ CONTRE LA NORMALISATION AVEC ISRAËL : Quand le Makhzen veut entraîner dans sa chute tout le Maroc

« Le peuple marocain est fidèle à la cause juste du peuple palestinien et il refuse de cautionner la voie de la soumission au génocidaire Israël et la normalisation avec les assassins des enfants de Ghaza », ont scandé hier, des milliers de Marocains à travers plus d’une trentaine de villes du royaume.

Ces manifestations, monstres, interviennent au lendemain de la visite du ministre de la guerre de l’entité sioniste, Benny Gantz qui a séjourné les 24 et 25 novembre derniers où il a rencontré des officiels de haut rang du palais royal, des forces armées royales et du Makhzen. Cette visite continue de susciter la colère d’intellectuels, d’activistes politiques, de syndicalistes, d’associations de la société civile et même de citoyens lambda, qui refusent de cautionner ce qu’ils ont qualifié de mesures impopulaires du Makhzen qui conduiront le pays à la soumission à l’ordre israélien.
Les manifestants qui n’ont pas attendu l’annonce de la visite de Benny Gantz au Maroc pour dénoncer le processus de normalisation avec l’État hébreu ont affirmé que le Makhzen verse aujourd’hui non seulement dans la trahison de la cause palestinienne mais précipite, « par sa politique de fuite en avant, le Maroc dans une spirale d’incertitude qui pourrait mettre en danger sa viabilité ».
Les protestataires se sont interrogés sur les coulisses de la normalisation qui font planer, selon eux, de graves dangers sur la stabilité de toute la région. « Le système du Makhzen, par ses décisions impopulaires, qui vont à l’encontre des principes et convictions du peuple, court à sa perte et a signé son acte de décès. Il  risque d’entraîner dans sa chute, le Maroc. C’est une haute trahison qui ne doit pas rester impunie », ont soutenu des manifestants.
La police marocaine qui a empêché, par un grand déploiement des forces, un rassemblement à Rabat, a réprimé les marches organisées dans plusieurs régions du pays.
Cette contestation populaire risque de s’accentuer dans les prochains jours puisque plusieurs organisations estudiantines et des syndicats ont  créé un front qui s’est fixé comme objectif de pousser le gouvernement marocain à se délier des engagements pris avec l’État hébreu dans le cadre du processus de normalisation. Les manifestants ont dénoncé ce qu’ils ont qualifié de dynamique de trahison engagée par le gouvernement de Othmani du PJD et concrétisée par le nouveau chef de l’exécutif, l’homme d’affaires, Aziz Akhannouch, qui aurait accédé à la chefferie du gouvernement sur conseil des lobbies Israéliens avec lesquels il entretient des relations commerciales. Et en attendant, le gouvernement et le Makhzen peinent à faire admettre au peuple marocain la décision la plus impopulaire qu’il a prise depuis qu’il a mis sous sa tutelle le palais, le gouvernement et même l’administration locale et ses démembrements.
Slimane B.