RASD

ONU : Le Mozambique et le Lesotho appellent à la décolonisation du Sahara occidental

Le représentant du Mozambique auprès des Nations unies, a déclaré que le Mozambique « croit fermement que le droit à l’autodétermination et à l’indépendance est un droit fondamental inaliénable pour tous les peuples du monde, tel qu’il est clairement inscrit dans la Charte des Nations unies et d’autres documents importants de notre Organisation, par conséquent, notre pays continue de soutenir les efforts visant à trouver une solution qui permettra au peuple du Sahara occidental d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément à la résolution 1514 de l’Assemblée générale ».
Dans sa déclaration devant la session du Comité de décolonisation de l’ONU, le représentant mozambicain a estimé que  « l’absence de progrès, trois décennies après la résolution portant création de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO), est une situation regrettable qui perpétue les souffrances. et la détérioration des conditions de vie du peuple sahraoui ». Par conséquent, « le Mozambique demande au Comité spécial pour la décolonisation d’assumer pleinement et efficacement sa responsabilité envers l’autodétermination du Sahara occidental », a-t-il affirmé. « Le Mozambique exhorte également le Front Polisario et le Maroc à reprendre les négociations pour trouver une solution durable et juste et soutient les efforts internationaux à cet égard et réitére l’importance du rôle de l’Union africaine dans le règlement de cette question, en tenant compte du fait que les deux parties au conflit sont membres de notre organisation continentale et doivent prioriser la mise en œuvre des décisions adoptées par l’Union africaine », a poursuivi le diplomate mozambicain. Enfin, le représentant du Mozambique a indiqué que son pays « soutient les efforts internationaux visant à résoudre le conflit du Sahara occidental, conformément aux buts et principes de la Charte des Nations unies et aux dispositions du droit international ». De son côté le représentant permanent du Royaume du Lesotho auprès des Nations unies, Nkopane Monyane, a condamné l’attaque marocaine contre des civils sahraouis le 13 novembre 2020 et a appelé le Comité de décolonisation de l’Assemblée générale des Nations unies à se rendre au Sahara occidental pour le suivi de la situation sur le terrain. « Bien qu’il soit de l’obligation de tous les États membres de promouvoir et de protéger tous les droits de l’homme et les libertés fondamentales de tous les peuples, il est préoccupant que le peuple sahraoui continue de subir les traitements inhumains imposés par les forces armées marocaines, par conséquent, nous condamnons toutes les formes d’attaques et de répression contre la population civile », a souligné le Représentant permanent du Lesotho. Par ailleurs, Nkopane Monyane a exhorté le Comité à « garantir sa présence sur le territoire, car il sera vital de trouver des informations de première main sur les circonstances sur le terrain », soulignant la nécessité pour
« le Comité spécial de faire preuve d’un réel engagement à travers un soutien intense axé sur les résultats pour renforcer les efforts du secrétaire général de l’ONU pour relancer les négociations du processus de paix entre le Front Polisario et le Maroc ». « Il est regrettable que le Sahara occidental reste la seule colonie sur le continent en contradiction flagrante avec les principes de la Charte et les résolutions pertinentes des Nations unies, et il est encore plus regrettable que le traitement déplorable du peuple du Sahara occidental soit infligé par un pays africain voisin , a conclu Monyane.
M. B.