Douanes

NOMINATION / DÉNOMINATION À LA TÊTE DES DOUANES : Simple « erreur » ou « couac » dans la communication ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’Agence de presse nationale rapporte, distinctement, dans un intervalle de temps de près de sept heures, deux informations « officielles » qui s’opposent l’une à l’autre. De plus, la seconde ne s’agissait ni d’une confirmation de la première et ni encore moins de la démentir. En effet, dans une dépêche transmise à 13h00, l’APS annonce que « M. Hakim Berdjoudj a été désigné nouveau Directeur général des Douanes, en remplacement de M. Mohammed Ouaret, nommé en avril dernier à la tête de cette structure du ministère des Finances, a appris lundi l’APS auprès de la DGD. » La dépêche a été même suivie d’une bio-express du « nouveau » arrivé à la tête de cette institution financière. Comme information de « première main », elle a été reprise en long et en large par les médias de la presse électronique. Toutefois, à 19h47 précises, la même source d’information qui, faut-il le rappeler, est le seul canal officiel de la présidence de la République, apporte ce qui conviendrait à considérer de démenti. «La Direction générale des Douanes tient à préciser que M. Mohamed Ouaret exerce toujours ses fonctions en qualité de directeur général des Douanes », lit-on sur la deuxième dépêche qui reprend un communiqué de la direction des Douanes. Du coup, on s’interroge s’il s’agissait d’une erreur de la part de l’Agence de presse nationale ou d’un « cafouillage » institutionnel, qui nous rappelle tant de mauvais souvenirs dans une gestion de l’information qui laisse à désirer du temps de l’ex-président déchu Bouteflika. Le cas le plus édifiant était sans doute la nomination, suivie d’un limogeage le lendemain, du ministre du Tourisme, Messaoud Benagoun, en mai 2017. Ceci, d’autant plus que l’APS est érigée du statut sensible d’unique interface de communication entre la présidence de la République et l’opinion publique. En effet, la direction de la presse et de la communication de la Présidence de la République a indiqué, le 28 décembre dernier, que « l’information officielle est rendue publique à travers des communiqués de la Présidence de la République publiés par l’Agence Algérie presse service (APS) et que toute information rapportée en dehors de ce canal est à classer dans la case de la propagande et la désinformation ». C’est donc dans ce communiqué que le président de la République a informé l’ensemble de la presse, supports et plateformes de communication que l’information officielle est rendue publique à travers des communiqués de la présidence de la République publiés par l’Agence Algérie presse service (APS) et que toute information rapportée en dehors de ce canal est à classer dans la case de la propagande et la désinformation. Par ailleurs, la même source a précisé que « les informations diffusées à travers tout média ou plateforme de communication au titre de scoop ou dans le but de faire accroire à l’opinion publique à une proximité de la source d’information sans respect des lois de la République et des règles de la déontologie exposeront leurs auteurs aux peines prévues par les lois de la République » avertit le président de la République.
Sarah Oubraham