belabedp3

MAINTENU À LA TÊTE DE L’ÉDUCATION : Belabed face aux défis de la rentrée

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, ayant procédé jeudi passé à un remaniement ministériel a décidé du maintien d’Abdelhakim Belabed au poste de ministre de l’Éducation nationale. Une démarche qui met le ministre restant face aux défis qu’il s’est déjà fixés dont notamment celui de la réussite de la rentrée scolaire 2022/2023, marquée par l’introduction de l’anglais dans le cycle primaire, mais aussi par un retour à l’enseignement normal après 3 années de Covid-19. Il est évident que le choix du président de garder Abdelhakim Belabed s’est fait surtout pour le maintien de la stabilité dans le secteur de l’Education nationale à la veille de la rentrée scolaire fixée au 21 septembre prochain. En effet, plusieurs chantiers sont entamés en prévision de cette reprise scolaire, dont notamment l’enseignement de la langue anglaise pour la première fois dans le cycle primaire. Belabed et depuis la prise de cette décision par les hautes autorités, est à pied d’œuvre en supervisant un travail chronométré afin que toutes les conditions soient complètement réunies le jour de la rentrée. Du recrutement des enseignants, à leur formation, passant par l’élaboration du manuel scolaire, les étapes semblent être respectées à la lettre, et ce, pour l’application sérieuse des instructions du président Tebboune quant à l’enseignement de cette langue. Autre chantier que le ministre Belabed est en train de s’attaquer est celui du passage de l’enseignement par groupe à l’enseignement normal. En effet, les établissements scolaires devraient, à partir de cette rentrée, renouer avec le système d’enseignement normal après avoir adopté trois années durant l’enseignement par groupe afin de faire face à la pandémie du Covid19. Le ministère de l’Éducation nationale dirigé par Belabed est appelé à réussir cette seconde transition en trouvant surtout des solutions urgentes au problème de surcharge des classes qui menace le bon déroulement de l’année scolaire. Mais pas que, le ministre est aussi attendu pour mettre fin au manque d’encadrement, à l’amélioration des conditions de scolarité, trouver des solutions au poids du cartable et à plusieurs autres dysfonctionnements auquel fait face le secteur depuis des années. Outre les questions d’ordre pédagogiques, il y’a aussi les points de discorde à régler avec les partenaires sociaux. Alors que plusieurs mouvements de contestations menacent l’année scolaire avant même la rentrée, Belabed devrait renforcer les liens avec les syndicats à travers notamment l’ouverture des canaux de dialogue d’autant que le président Tebboune a insisté sur ce point, il y a de cela plusieurs mois. De manière plus claire, Abdelhakim Belabed est appelé à être à la hauteur de la confiance que lui a accordée le Président qui n’a de cesse de souligner l’importance stratégique du secteur de l’Education a qui il accorde la priorité. Il est important de rappeler qu’Abdelhakim Belabed, a été ministre de l’Education nationale d’avril 2019 au 4 janvier 2020. Il a été à nouveau nommé à ce poste le 7 juillet 2021. De 2013 à 2015, il a occupé le poste de chef de cabinet au ministère de l’Education, puis nommé au poste de secrétaire général de 2015 à 2019.
A. N.