LE RND N’A PAS ÉTÉ CONVIÉ : Mihoubi dit « oui » au dialogue avec le Président

Le secrétaire général par intérim du RND, Azzedine Mihoubi, a exprimé, hier, son soutien aux consultations autour de la révision de la Constitution, telles que lancées par le président Tebboune, annonçant que son parti est prêt à participer à ce dialogue.
En effet, lors de l’installation de la commission nationale du congrès extraordinaire, prévu les 19 et 20 mars prochain pour l’élection d’un nouveau SG, le candidat perdant aux présidentielles du 12 décembre a indiqué, d’emblée, qu’il n’a reçu aucune invitation de la part du président Tebboune pour participer aux consultations avec des personnalités politiques et nationales autour de la nouvelle Constitution. « Nous n’avons reçu aucune invitation officielle, mais j’affirme que le RND est prêt à collaborer », qualifiant ces consultations d’ « initiative positive » qui « traduira par la suite les revendications populaires et les réalisera», a-t-il donné la position de son parti. Le chef du RND souhaite ainsi que la nouvelle Constitution, qui sera révisée « assure » l’édification des Institutions de l’État. À propos des rapports du RND, qui a toujours soutenu le pouvoir, surtout qu’il faisait partie de l’Alliance présidentielle l’associant avec le FLN, TAJ et le MPA, l’ancien ministre de la Culture s’est exprimé en indiquant que son parti « est victime de son soutien au pouvoir », faisant allusion aux revendications populaires soulevées lors des manifestations hebdomadaires du Mouvement populaire qui a connu hier sa 49e marche de protestation. « Nous sommes victimes de notre position antérieure envers le pouvoir et notre proximité avec lui (pouvoir). De cette tribune, je m’engage à ne travailler que pour le pays et le peuple», promet Azzedine Mihoubi.
En outre, et concernant la diplomatie algérienne et son retour sur la scène internationale, Mihoubi a salué la position de l’Algérie, notamment après les efforts qu’elle a fournis pour rétablir la paix en Lybie. «la diplomatie algérienne mérite notre soutien», affirme-t-il sur la question.
Sarah Oubraham